ACTUALITES:
Accueil » André-Clément-Victorin Bressier

André-Clément-Victorin Bressier

Le Cheval et l’Âne, fable de Bressier

André-Clément-Victorin Bressier De la ville allant au village, Dom Coursier, maître Aliboron, Pour charmer l’ennui du voyage S’entretenaient de leur patron. « Camarade, disait l’ânon, Tout injuste qu’il est, notre maître, je pense, Doit être satisfait de ton obéissance. Tu t’excèdes pour lui, pauvre dupe ! ah vraiment, Je ne lui donne point pareil contentement. Mon pas uniforme et tranquille …

Lire la suite ...

L’Amiante, fable de Bressier

André-Clément-Victorin Bressier L’Amiante est incombustible ; Il résiste à cet élément Dont la force est irrésistible. Beau privilège assurément. Un jour, mis au foyer d’une cire enflammée, De l’épreuve il sort triomphant, Mais tout souillé par la fumée. « Tu n’as échappé qu’à demi, Lui dit la flamme, à ma furie ; Je ne t’ai pas détruit, mais te voilà …

Lire la suite ...

Le Dindon, fable de Bressier

André-Clément-Victorin Bressier Tenant dans ses mains un panier, La diligente ménagère Appelait au festin la famille légère De la basse-cour d’un fermier. Au son accoutumé de sa voix glapissante, Vous eussiez vu de toutes part Accourir des pigeons, des poules, des canards La troupe affamée et bruyante. Pour avoir sa part du repas, Un lourd dindon, formant l’arrière-garde, Précipitait aussi …

Lire la suite ...

La Brochure et l’In-Folio

André-Clément-Victorin Bressier « Quoi ! te voilà, bouquin poudreux ! Hé ! par quelle étrange aventure ? Dit un jour, d’un ton dédaigneux, Au grave in-folio la légère brochure. Je te croyais parmi les morts ; Qui te rendit à la lumière, Toi, dont les vers et la poussière Depuis cent ans rongent les bords ? Radoteur suranné, dans le …

Lire la suite ...

Les deux Aveugles, fable de Bressier

André-Clément-Victorin Bressier D’une amitié trop peu commune Deux aveugles goûtaient l’ineffable douceur : Amitié, pour former ton lien enchanteur, Il n’est rien tel que l’infortune. Dans son pénible isolement, Ce couple, abandonné de la nature entière, Par de longs entretiens soulageait sa misère. L’un d’eux, malheureux en naissant, N’avait jamais connu le bienfait de la vue, Et dans les champs …

Lire la suite ...

La Statue et le Piédestal

André-Clément-Victorin Bressier Un sot voulait passer à la postérité. Ensemble on voit toujours sottise et vanité. Il eut recours à la sculpture : Un nouveau Phidias lui prêta son ciseau, Et le fat vit sortir son ignoble figure Du bloc de marbre le plus beau. L’artiste, d’un tel personnage Ne pouvant embellir l’image, Prit soin de l’enrichir d’ornements précieux. Le …

Lire la suite ...

Le Serin et le Moineau

André-Clément-Victorin Bressier Familier, et même importun, Le moineau vit aux champs, dans les bois, à la ville ; Des oiseaux le plus inutile En est aussi le plus commun. Tantôt il a les mœurs rustiques Et dérobe dans le sillon. Sur les pas du semeur, l’espoir de la moisson ; Ou dans les basses-cours s’introduit sans façon, Et s’invite au …

Lire la suite ...

Polichinelle, fable de Bressier

André-Clément-Victorin Bressier Veut-on un spectacle amusant ? Vive Polichinelle ! Il n’est rien qui l’égale. Avec sa double bosse et sa voix gutturale, Toujours chantant, dansant, frappant, Ce personnage est fort plaisant. Son éloquence est triviale ; Ses quolibets, quelque peu surannés Et d’un gros sel assaisonnés, Sont l’écho de ceux de la halle. N’importe, tel fils de Momus Dont …

Lire la suite ...

Le Feu et l’Eau, fable de Bressier

André-Clément-Victorin Bressier L’eau d’un pot mis au feu frémissait sur ses bords. « Courage, redoublons d’efforts, Disaient les charbons en furie ; Guerre à mort à notre ennemie ! » Qu’arriva-t-il ? Les flots mutins Poussés à bout se courroucèrent ; De leur prison ils s’échappèrent, Et les charbons furent éteints. Le désespoir donne des forces ; Quand l’ennemi se …

Lire la suite ...

Les Éphémères, fable de Bressier

André-Clément-Victorin Bressier Tels qu’une poussière animée, D’imperceptibles moucherons Bourdonnent au printemps autour des verts buissons. L’aile d’un roitelet en disperse une armée ; A leurs plus nombreux bataillons Une feuille sert de refuge ; Les zéphyrs sont pour eux de fougueux aquilons, Et la rosée est un déluge. Aucun ne voit plus d’un matin, Et le Nestor du jour naquit …

Lire la suite ...