ACTUALITES:
Accueil » Editos et chroniques » Esope et la Fable

Esope et la Fable

icon-angle-double-right Éditos et chroniques

guy-le-rayGuy Le Ray
Guy Le Ray a publié un recueil de fables et poèmes fin 2008 (La librairie Galerie Racine).
icon-check Site de l’auteur : fables et poèmes
icon-check Fables poèmes sur ce site

esopeÉsope, le père de la fable est aussi méconnu qu’il a été prolixe : plus de 500 fables lui sont attribuées. Une grande partie de son œuvre a inspiré le plus grand et le plus talentueux des fabulistes, Jean de La Fontaine. D’ailleurs celui-ci, dans la dédicace de ses fables à Monseigneur le Dauphin, le confirme dès la premier ver :

“ Je chante les héros dont Ésope est le père “

Bien avant Jean de La Fontaine, Ésope a également inspiré pour près de la moitié de son œuvre Marie de France. Première poétesse et première fabuliste française, elle a vécu au 12ème siècle en Angleterre et a écrit 103 fables en vers. À cette époque, son recueil de fables était désigné par le terme Ysopet,en rappel ou en hommage aux fables d’Ésope. Les manuscrits des fables de Marie de France ne furent découverts qu’au 19ème siècle, La fontaine les ignoraient donc quand il a rédigé ses fables.

Alors, penserez-vous, quelle injustice pour Ésope, ce fabuleux fabuliste, ignoré, gisant dans les oubliettes de l’histoire, méconnu par la majorité des gens, alors que Jean de La Fontaine est connu de tous ! Hé bien non, car outre les deux fabulistes cités précédemment, il a été un inspirateur quasiment unique et universel. Vivant 600 ans avant Jésus-christ, il a été un formidable observateur de son temps par ses talents à la fois de créateur et de passeur, car à cette époque c’est la tradition orale qui prévalait.

Il n’est que justice de rendre sa notoriété à Ésope en faisant apparaître les auteurs qui ont puisé à sa source, s’inspirant également les uns les autres sans nécessairement savoir qui était à l’origine de la fable qu’ils mettaient en forme. Long et laborieux travail sans doute, réalisé au début du 19ème par un Maître en la matière, l’Abbé Marie-Nicolas-Silvestre GUILLON, dans son remarquable ouvrage publié en 1803 :

« La Fontaine et tous les fabulistes ou La Fontaine comparé avec ses modèles et ses imitateurs »

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il reste plusieurs siècles à couvrir, car il ne semble pas qu’un tel travail ait été réalisé depuis, et des fabulistes il y en a eu beaucoup ! Il suffit de consulter la liste des auteurs figurant sur ce site. Le genre perdure toujours dans ce début de 21ème siècle, on pourrait même dire qu’il renaît.
Chaque visiteur occasionnel, régulier ou passionné peut contribuer à ce travail de recherche et mise en perspective de tous les fabulistes.

Un grand merci au créateur de Shanaweb, qui offre au lecteur les multiples facettes de l’art de la fable depuis près de 30 siècles jusqu’à nos jours, offrant aussi une vitrine aux fabulistes contemporains qui perpétuent ce genre littéraire si singulier, venu de la nuit des temps.

  • Ecrit par Guy Le Ray, février 2015
  • Image source (Aesop – Author) Gherardo, del Fora (ca. 1444-1497) (Illuminator) .

Les éditos de Guy Le Ray:

 

bg

A voir aussi :

Grains de Cabre

Éditos et chroniques Grains de Cabre Aujourd’hui, avec votre serviable serviteur, dans RuedesFables, point de …

Vous avez dit : fabuliste ?

Daniel Allemand, né à Grenoble, études à Champollion, licencié d’Histoire et Géographie, j’ai exercé de …

6 commentaires

  1. A vrai dire la vie d’Esope semble, pour le moins qu’on puisse dire, un peu floue. Mais dans cet édito vous avez réussi à nous présenter Esope sous un nouvel angle sans être trop affirmatif ni rébarbatif et nous le faire aimer par la même occasion. Bon édito, rien à dire, ou alors si ! il aurait été un peu plus long il ne nous aurait gêné…. (peut-être un autre sur le même fabuliste… qui sait ?).
    Pour les injustices, il me semble qu’avec le temps et des auteurs comme vous, Esope retrouvera sa place sur podium. Place qu’il n’aurait jamais dû quitter pour tomber quasiment dans l’oubli. Jean de La Fontaine a bien fait de le copier car, en fables, on ne peut pas faire mieux.
    Monsieur Le Ray , je ne vous connaissait pas mais avec vos éditos bien inspirés et la visite de votre blog que j’ai bien aimé, enchanté de mieux vous connaître virtuellement grâce à ruedesfables.
    Au plaisir de vous lire… Luc J.

    • Bonsoir Monsieur,
      Je dois tout d’abord vous remercier pour l’aimable commentaire que vous avez fait en ce qui concerne mes éditos mis en ligne par Shanaweb. Vous avez émis le souhait que je continue à en écrire d’autres, vous pourrez donc lire celui que j’ai intitulé « La Fontaine, le Géant », si vous ne l’avez déjà lu. Sans doute est-il d’une longueur beaucoup plus importante, mais j’ai voulu donner une autre image de La Fontaine, faire un arc de cercle sur sa vie et ne pas me cantonner aux fables, tant de choses ont été dites et écrites sur cette oeuvre majeure et universelle. J’aimerais que vous fassiez votre commentaire critique sur cet édito ou que vous me disiez ce que vous auriez aimé y lire.
      Pour en revenir à l’édito sur Esope, bien que court comme vous l’avez souligné, je constate qu’il a pu intéresser plusieurs milliers de lecteurs par mois, cela semble montrer qu’il y a des recherches à son sujet, que l’énigme qu’il pose reste d’actualité. Peut-être sera-t-elle un jour résolue.Je vous invite à lire la réponse que j’ai faite à Sylvain où je donne les références de livres qui vous permettront de creuser le sujet, mais vous les connaissez sans doute.
      Cordialement

      • Merci Monsieur Le Ray de m’avoir répondu. Oui j’aime lire vos éditos. J’ai lu la Fontaine le géant, comme vos autres éditos toujours agréable à lire. Il n’est ni trop court ni trop long, juste ce qu’il faut pour s’informer!!! Au plaisir de vous lire.
        Cordialement,
        Luc J.

  2. Cool !!!! je copie et je m’en vais. Merci !!!!!!

  3. Merci Monsieur Le ray, voila un texte qui ale mérite d’être clair (ou presque). Ésope , le père de la fable ? c’est à voir. Mais le doute lui profite, vu que tout le monde va dans ce sens. Pour le texte je dirai bravo. Un bel hommage à cet auteur (pas très connu…). La Fontaine a fini magnifiquement le travail ébauché par Ésope. Les textes sur Ésope sont de nos jours très rares et ceux qui existent sont souvent des « copié-collé ». Votre texte sur Marie est lui aussi très finement ciselé. Au plaisir de vous lire encore et encore….. Sylvain de Montréal.

    • Bonjour Monsieur,
      Merci pour le commentaire sur mon édito d’Esope et de Marie de France. Esope d’une certaine façon reste un mystère et ce n’est pas moi qui ferai la lumière indiscutable sur ce fabuliste. Dans un livre sur les fables de Florian suivies de Ruth et Tobie, après la notice sur le fabuliste, il y a un texte intitulé « De la fable » où à propos d’Esope, il est fait mention d’une dissertation de Monsieur Boulanger « sur les incertitudes qui concernent les premiers écrivains de l’antiquité ». Ces deux livres, vous pouvez les lire sur Google Books.
      Bien cordialement
      Guy Le Ray

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge