ACTUALITES:
Accueil » Christian Satgé » La Pierre et la Plume

La Pierre et la Plume

icon-angle-double-right Christian Satgé

Un caillou fort mal dégrossi se veut pierre polie.
Trop pour être honnête. Il avait amassé, en cours de route,
Plus que mousse : il n’est crasse ni crosses dessous les gaulis
Où notre « pierre » n’est mêlée : elle ne se déroute
Jamais ayant, quoi qu’on dise, du caillou l’entêtement.
Plate, mal taillée mais toujours dressée, elle est bêtement
– Parce que sans éclat – courroux et violence aux abois.
Sèche, elle fait voir les pierres à d’aucuns : notre héroïne
Se croit précieuse, parce que dure, et, pis, des plus fines
Parce que choyée de tous, plus par crainte que par choix.

À l’aube d’un matin de printemps, à un jet de pierres
Du lieu où elle a fait son trou, une plume est tombée
Du nid d’un geai, sur son bout de nez : « Quel est ce lierre,
Tonne notre bout de roc, que je le fasse succomber ?!
– Je suis duvet et ne pèse guère, Votre Petitesse !
– Comment peux-tu donc…?! Toi qui es la plus insigne des fèces,
Tu va pourrir comme pourceau dans la terre labourée
Par mon pas quand moi je resterais gravée dans les mémoires !
– La roche la plus solide s’érode, nous dit l’Histoire,
Et le caillou jouant au dur se casse, même carré.

Quitte à y laisser des plumes, lui dit l’apprentie rémige,
Coursons-nous tantôt jusqu’au gros rocher, tu vois, tout là-bas.
– Allons, j’y serai sans peine et toi sans penne !… Quel prestige
À cela, poids-plume !… Bah, que m’importe si je te bats ! »
À l’heure dite, le jalet roule au but et, là, s’y brise
Quand la plumette volette et survole, au bon gré des brises,
L’objectif qui fut la pierre tombale du caillou.
« Quoi que tu fasses, fais-le avec légèreté et grâce
Quand les sots le font avec gravité pour laisser leur trace ! »
Dit celle à qui il voulait voler dans les plumes, voyou.

« La Pierre & La Plume »

*Voir d’autres fables de Christian Satgé sur son Blog : Les rivages du Rimage

A voir aussi :

Au tour des Vautours autour

Christian Satgé Le chaos est avalé par l’avalanche, Eole , sa cape soulevant, Fait chanter …

Rien qu’une bande de contes…

Rien qu'une bande de contes... Les cloches comme les cons sonnent mais la fable est un conte. Pas un mécompte, ni un gros conte comme ses pieds : un petit conte ; conte comme la lune parfois mais aussi plaisant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge