ACTUALITES:
Accueil » Paul Belouino » Le bouillon des malheureux
malheureux-banc

Le bouillon des malheureux

001 Paul Belouino :

Un pauvre homme mourait
De besoin, de misère.
Si nul ne le secourait,
Qui donc allait le faire ?
Une femme en cotillon,
Pour ses enfants, pour elle,
Venait d’acheter un bouillon,
Dans un pot, sa seule vaisselle.
Elle-même avait bien faim.
Souvent le pauvre monde chôme :
« Partageons, dit-elle, brave homme,
Prenez aussi ce peu de pain. »
Le malheureux se sent renaître,
Il pleure, il remercie, il part.
Or, aujourd’hui, sur sa fenêtre,
Vous lisez : chemin du départ,
Au numéro dix-sept : « Ici, passé dix heures,
A tous les malheureux on donne du bouillon. »
On bénit, dans bien des demeures,
L’homme qui paie ainsi la femme au cotillon.

« Le bouillon des malheureux »

bg
Inscrivez-vous à notre newsletter et restez informé !

A voir aussi :

amandier-fleurs

L’Amandier et la Vigne

Paul Belouino : Aujourd’hui, vingt-sept février, Il est tout naturel qu’il neige. Gèlera-t-il demain ? …

mere-et-enfant

Les deux Âges, fable de Belouino

Paul Belouino : Un enfant, de quinze ans à peine, Voyait son frère ainé Déjà …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge