ACTUALITES:
Accueil » Guy Le Ray » Le Chat prêcheur et les Souris
Les Souris et le Chat, illustration de Sylvie-Dala
Les Souris et le Chat, illustration de Sylvie-Dala

Le Chat prêcheur et les Souris

001  Guy Le Ray :

Un chat, lassé de taire la guerre.
Décida de changer de manière
Et commença à prêcher les souris.
Leur disant qu’il était devenu leur évêque,
Que sa réputation était mensongère
Qu’il était soucieux de leurs vies,
Qu’il avait toujours aimé les souris.
Qu’il en élevait même dans son logis !
Ce discours étonna toutes les souris
Et fit l’objet d’interminables hésitations.
Certaines voulaient y croire, d’autres non,
Le trouble les avait saisies,
Qui ne voudrait vivre sans ennemi ?
Il fut alors décidé d’envoyer une ambassade
A celui qui voulait leur donner l’accolade.
Ambassade, chez les souris, n’est pas folie !
La rencontre se fit dans un lieu choisi par elles
Où le nouvel évêque fit une entrée solennelle,
Jurant qu’il leur voulait un bonheur éternel.
Que l’harmonie entre eux serait bien réelle.
Qu’elles pourraient vivre en toute liberté.
Lui, Monseigneur, garant de leur sécurité !
Plus le chat parlait, plus ses yeux brillaient.
Plus il délirait, plus il s’approchait.
Prudentes avaient été ses paroissiennes.
Car au moment où le chat bondit sur elles.
Elles tirèrent sur des ficelles.
Libérant le piège qu’elles avaient préparé.
Prisonnier du filet qu’elles avaient tendu.
L’évêque prêcheur avait perdu son statut,
Tout ficelé qu’il s’était retrouvé,
La mine dépitée d’avoir été dupé !

Qu’il est doux d’entendre le chant des sirènes.
Qu’il est prudent de garder ses esprits !

« Le Chat prêcheur et les Souris »

bg
Inscrivez-vous à notre newsletter et restez informé !

Inscrivez-vous

* indicates required

A voir aussi :

Antoine Houdar de la Motte, le nouveau fabuliste

icon-angle-double-right Éditos et chroniques   ANTOINE HOUDAR de La MOTTE, LE NOUVEAU FABULISTE S ‘il …

Illustration tirée du livre "Imagine les Animaux" par Dan Jacobson

La Pie de la ville et la Pie de la campagne

  Guy Le Ray : Le vol de la pie semblait s’éterniser. Plus elle battait …

1 commentaire

  1. Merci Guy Leray
    Savoureuses fables que vous écrivez
    Du rythme, une imagination fabuleuse, un vocabulaire soigneusement choisi,
    un verbe haut en couleur, et une chute spectaculaire .
    De la belle ouvrage, continuez à nous enchanter.
    Mich’ Elle Grenier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge