ACTUALITES:
Accueil » Remacle Maréchal » Le nombre treize

Le nombre treize

Remacle Maréchal

Avec tous ses amis un fermier hesbignon
S’apprêtait a fêter dignement son patron ;
C’était, je ne sais trop, saint Capraise ou saint Biaise :
Au bon pays liégeois, cet usage est commun.
Des heureux conviés le front rayonnait d’aise;
Il fallait surtout en voir un
Gonfler son large nez pour humer le parfum
Du succulent gigot qui cuisait à la braise.
Aussi les mots si doux: « Alerte, on va servir! »
A peine se sont fait ouïr,
Que l’affamé déjà s’est nanti de sa chaise
Pour se caser au mieux ; mais ne voilà-t-il pas
Qu’à ce beau moment le Nicaise :
<( Dieu! s'est-il dit, nous sommes treize! » Et si je dîne il aviendra » Qu'avant l'an révolu quelqu'un de nous mourra ! » Peut-être moi, qui sait... » — Lors, d'un ton lamentable : « Las! fait-il, me sentant tout-à-coup dérangé , » Bien à regret, messieurs, je dois quitter la table; » Pardonnez. » — Là-dessus, à jeun le pauvre diable De ses douze amis prend congé. On rira du bonhomme et de son préjugé: Plus risible cent fois me paraît la folie De tant d'ambitieux qui, toujours inquiets, A force de désirs, de calculs, de projets, S'ôtent comme exprès toute envie De venir avec nous prendre leur place autour De ce joyeux festin qu'on appelle la vie ; Et, sourds au glas plaintif qui de loin, chaque jour, Comme une voix du ciel à jouir les convie, Quittent à jeun la table, hélas! et sans retour. « Le nombre treize »

bg
Inscrivez-vous à notre newsletter et restez informé !

Inscrivez-vous

* indicates required

A voir aussi :

L’Eau et le Feu

Remacle Maréchal Sur d’arides copeaux que le phosphore embrase, A. la chaîne enfumée est suspendu …

L’Enfant et les mauvaises herbes

Remacle Maréchal « Viens, Coislin : ça, voyons, est-ce que tu m’écoutes? — Oui, j’écoute, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge