ACTUALITES:
Accueil » Louis de Valmalète » Le Ruisseau et le Serpent, fable de Valmalète

Le Ruisseau et le Serpent, fable de Valmalète

icon-angle-double-right Louis de Valmalète

Un Ruisseau, qui coulait du haut d’une montagne,
Fertilisait au loin une riche campagne :
Son cours répandait dans les champs
Et la fraicheur, et l’abondance,
Et des hameaux voisins les heureux habitans
Y puisaient la santé, le plaisir et l’aisance.
Un Serpent venimeux, se glissant sous les fleurs,
Se roule dans sa source ; elle en est infectée :
Bientôt, d’un noir venin la terre est humectée
Et la prairie a perdu ses couleurs ;
Bientôt par le poison de cette onde empestée
Tout a péri, les troupeaux et les gens,
Tant du venin les effets sont puissans !
Vil flatteur ! ce Serpent est ta vivante image :
Tel prince de la terre eut mérité l’hommage,
Qui, séduit, égaré par tes conseils pervers,
Peut devenir un jour l’horreur de l’univers.

« Le Ruisseau et le Serpent »

bg
Inscrivez-vous à notre newsletter et restez informé !

Inscrivez-vous

* indicates required

A voir aussi :

Le Bloc de Marbre et le Ciseau, fable de Valmalète

icon-angle-double-right Louis de Valmalète Pour admirer une statue Belle, imposante, et chef-d’œuvre de l’art, On …

Le Villageois et le Chien furieux, fable de Valmalète

icon-angle-double-right Louis de Valmalète Un Villageois, menant ses bœufs au pâturage, Fut mordu jusqu’au sang …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge