ACTUALITES:
Accueil » Joseph Poisle-Desgranges » Le Singe et son Maître

Le Singe et son Maître

Joseph POISLE-DESGRANGES

 

Allons, marquis, faites le beau !
Dressez-vous, s’il vous plaît.
Ôtez votre chapeau.
Saluez humblement ces messieurs et ces dames.
Balayez devant eux…
Assez ! Prenez ces lames.
En garde… Ripostez… Hé bien ! êtes-vous prêt ?
Parez donc ce coup de fleuret.
La main droite, à présent… sinon je vous bâtonne.
Surtout dites merci, si le public vous donne.
C’est ainsi qu’à son singe un homme mal vêtu
Parlait après l’avoir battu.
Les passants pour le voir accouraient en grand nom
Et le singe excité, quoiqu’il eût l’humeur sombre,
Ramassait avec soin les sous qu’on lui jetait.
Mais, s’étant aperçu que son maître empochait
Ce que seul il avait su gagner sur la place,
L’animal crut devoir faire un peu la grimace,
Puis se plaindre hautement.
L’homme, sans répliquer à son raisonnement,
Au singe démontra qu’on a mauvaise grâce
A gémir quand on sent la chaîne autour du cou.
Et, pour l’amadouer, notre honnête filou
Lui fil faire en cadence un tour de passe-passe.

Que l’on soit artisan, commis ou rimailleur.
Ce n’est pas là ce qui m’occupe ;
Mais ce que je voudrais, c’est que le travailleur
Du paresseux ne fût plus dupe.

« Le Singe et son Maître »

A voir aussi :

Le Poisson qui demande la Poêle

Joseph POISLE-DESGRANGES   Certain gourmand, mais pauvre sire. Ayant surpris dans ses réseaux Une carpe …

Les Geais et le Rossignol

Joseph POISLE-DESGRANGES   Un petit rossignol, sans parents, sans asile. Fut recueilli par des geais …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge