ACTUALITES:
Accueil » Daniel Allemand » Le vieil ours et l’abeille

Le vieil ours et l’abeille

Daniel Allemand

Entre l’enfant et le vieillard
Le grand âge est un désavantage
Pour différencier le sage du babillard
Un ours et une abeille nous offrent ce témoignage.
Une jeunette butineuse
Passa tout l’été à travailler son nectar
Quand un vieux Panda s’offrait des siestes heureuses
Au fond de son plumard.
En sortant de ses rêveries artificielles
L’ours en lorgna la ruche au miel.
Messire le pataud oisif
De par ses longues griffes
Désira du suc s’en tartiner les babines
Mais ses grosses pattes en stoppèrent la combine.
Les antennes en alerte
Dame Apis revint dare-dare
Face à la découverte
Menaça de son dard
Notre ours à la griffe mielleuse
Pris la main dans le sac
Qui loin de la mettre en veilleuse
Renâcla comme un démoniaque ;
De sorte que notre bourdonnante butine
Par l’entremise de l’épine
Le museau du glouton.
« – Mais je ne voulais que siroter ton essaim ! »
Dit notre fanfaron
« – C’est donc bien à dessein
Que vous pilliez mon doux nectar !
Assassin ! »
« – Je me barbais, j’avais la dent »
S’offusqua le mal léché, le museau bouffi.
« – Il n’y a pas de fardeau plus pesant
Que du temps dont on ne sait que faire à l’envie !
Il ne fait donc pas bon devenir vieux
Car prendre racine, c’est cultiver l’ennui !
A en être un voleur envieux ! »
Rétorqua notre abeille
Reprenant l’élaboration du doux produit
Qui régale à merveille.
Ainsi passe la vie : endurer pour savoir,
Travailler pour avoir.

« Le vieil ours et l’abeille »

  • Fables et illustrations de Daniel Allemand, blog à visiter…Plumes et Rimes
bg
Inscrivez-vous à notre newsletter et restez informé !

Inscrivez-vous

* indicates required

A voir aussi :

La chatte et la puce

Daniel Allemand Il était à Varennes jolie riveraine Dont la chatte, sa reine, se nommait …

Ah la tchatche !

Daniel Allemand Mainate et pie comparaient leurs plumages Ainsi que leurs verbiages Les uns loin …

2 commentaires

  1. MR ALLEMAND ! vous rendez sympathique ce vieil ours ( à la retraie ) ! être une abeille le restera, pour cette butineuse travailleuse , acharnée ( pécore aussi !) jolie histoire !! merci ! annie

    • Merci à vous Annie qui prenez et donnez plaisir en maniant la plume, d’avoir apprécié ce fabliau.
      Comme l’abeille butine les fleurs pour embellir sa ruche, les poètes butinent des rimes pour embellir  » la Rue  » aux douces senteurs mêlées de septuagena folia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge