ACTUALITES:
Accueil » Louis-Marie Perenon » L’Épée du guerrier et le Soc de la Charrue
charrue

L’Épée du guerrier et le Soc de la Charrue

001 Louis-Marie Perenon

Fière de son pouvoir l’épée étincelante
Étalait sur ses pas une pompe insolente :
Au milieu des transports, d’un ton audacieux,
Elle osait s’égaler à l’empire des Dieux :
Sans moi, point de vainqueurs, dit-elle avec audace
Produite par les Dieux, j’en brave la menace ;
Compagne du dieu Mars, j’affronte les combats,
Je sais donner la mort et ne la reçois pas,
Quiconque me connaît, sait défendre sa vie.
Je suis l’âme, l’appui du guerrier qui s’y fie ;
Le seul espoir enfin du soldat abattu :
Toujours à me servir on trouva la vertu !
Sans fin parlait l’épée, et d’un air de jactance,
Partout elle vantait ses exploits, sa vaillance :
Un jour, portant ses pas vers les paisibles champs,
Elle y croyait trouver de nombreux partisans :
Vain espoir ! Il n’est rien dans la plaine rustique,
Pour vanter à son gré son pouvoir despotique ;
De dépit contre un soc se prenant follement,
— Que fais-tu dans ces lieux, triste, pauvre instrument ?
Tu languis méprisé, vil dans la poussière,
Tu traînés en tout temps, ta pénible carrière ;
Sous le joug asservi, c’est-là tout ton bonheur ?
Mais que recueilles-tu, dis-moi, de ce labeur ;
Ah ! Il faut l’avouer, ton sort est déplorable ?
— Grande épée, il est vrai sans être désirable.
Mon sort mieux que le tien ignore le danger,
Toujours si je n’ai rien qui puisse le changer,
J’aime bien mieux ramper humblement sur la terre,
Que d’unir mon tranchant aux foudres de la guerre :
Oui, j’aime mieux cent fois, dans mes sillons certains,
Et servir mon pays et servir les humains.

« L’Épée du guerrier et le Soc de la Charrue »

bg
Inscrivez-vous à notre newsletter et restez informé !

Inscrivez-vous

* indicates required

A voir aussi :

treille-clematite

Le Treillis, la Treille et le Lierre

Louis-Marie Perenon Un vieux treillis, un jour, incriminait la treille De ne pouvoir offrir d’ombre …

lapins

Le Lapin prodigue et ses Amis

Louis-Marie Perenon Dans un bois solitaire, à l’abri des autans, Vivait gentil lapin, d’une industrie …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge