ACTUALITES:
Accueil » Christian Satgé » L’Estoc et le Soc

L’Estoc et le Soc

fleche Christian Satgé

Librement inspiré de L’épée et le soc de Romain Nicolas Du Houllay
(Fables en vers français, 1804)

Une épée en son fourreau
Flanque un fort vieil hobereau
Contraint de labourer ses terres
Avec sa charrue grabataire
Et ses deux bœufs fatigués
Mais œuvrant sans rousiguer.

La lame fourrée causait
Au soc fort couperosé
De rouille qui, par habitude,
Sans lenteur, avec rectitude,
Déchire le sol ingrat
Comme l’est le pire rat.

« Toi qui es nu comme fer,
Sais-tu ce que c’est l’enfer ?
Fait l’espadon qui se refuse
À vêtir de lin  ou d’excuse
Les ors de sa vanité.
Parle sans fatuité !

– Je ne sais que retourner,
Fendre, tailler, sillonner,
Et déchirer la pauvre glèbe,
Humble comme cette plèbe
Dont notre maître n’est pas
Mais dont il suit la vie, les pas,…

– Foutaises que tout cela !
Moi j’ai connu, ici, là,
La gloire des combats, la guerre
Où on ne se prélasse guère.
J’y fus foudre tout éclairs,
J’ai fendu des corps et l’air !

– On ne voit que peu cela
Au cul de ces deux bœufs las !

– J’ai semé du sang et fait ample
Moisson de mort et, par exemple,
Fauché tête et taillé dos,
Parfois marché sur les os !

– Dans ce rustique séjour
Et sous le joug de mes jours,
À une nouvelle vie j’ouvre
La terre près des chênes rouvres.
C’est là mes œuvres et destin.

– Quel insipide festin,
Tu manques de trempe, ami !

– Je ne n’aspire qu’aux semis
Faits à temps et n’ai bonne estime
Que pour le labeur bien fait, Lime !

– Parole de vieux débris !

– Insulte dont je me ris :
Je suis plus âgé que toi…

– Sénile mais pas matois ?!

– Mais, avec modestie, courage,
Je fais encore mon ouvrage
Quand d’autres ne parlent d’eux
Qu’au passé comme vieux ! »

« L’Estoc et le Soc »

*Voir d’autres fables de Christian Satgé sur son Blog : Les rivages du Rimage

bg

A voir aussi :

Chante beau Merle

Christian Satgé Un gros merle a en a assez d’être chassé ; Pas un bois, …

Ah, la Vache !

Éditos et chroniques Ah, la Vache ! Pris entre le ziste et le zeste, ses …

2 commentaires

  1. – Mais, avec modestie, courage,
    Je fais encore mon ouvrage
    Quand d’autres ne parlent d’eux
    Qu’au passé comme vieux ! »

    Et à la fin de l’envoi… Christian touche ! belle chute qui, elle, ne doit rien à Monsieur Du Houllay. Bravo !

    • Merci Geno pour cette flatteuse appréciation. La « réécriture » est toujours un exercice difficile pour éviter le plagiat. Au plaisir de vous lire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge