ACTUALITES:
Accueil » Analyse des fables » L’Homme qui court après la fortune… analyse
L’ Homme qui court après la Fortune

L’Homme qui court après la fortune… analyse

icon-angle-double-right L’Abbé Guilon

Commentaires et analyses sur « L’ Homme qui court après la Fortune et l’Homme qui l’attend dans son lit » de MNS Guillon – 1803.

  • L’Homme qui court après la fortune…

L’Homme qui court après la fortune… Grandville

L’ Homme qui court après la Fortune

« Si la fable ne doit point être longue , la moralité , toute proportion gardée , doit être courte à plus forte raison. Ce n’est pas que La Fontaine n’ait des moralités assez étendues ; mais ce sont-là de ces usages qu’il faut lui abandonner , avec d’autres qui ne pourroient réussir qu’à un aussi grand maître.» (Dardenne.)
(1) Et le voilà devenu pape. Témoins entr’autres Adrien IV, Sixte-Quint, et de nos jours, Ganganelli, pape sous le nom de Clément XIV.
(2) Le repos, le repos , trésor si précieux,
Qu’on en faisoit jadis le partage des Dieux. Un critique délicat de l’ancienne Rome recommandoit ces répétitions , comme étant pleines de charmes, disoit-il. (Macrob. Saturn. L. V. c. 14.) Et l’on sait de combien d’exemples on pourroit en appuyer le précepte. Celle-ci est un élan de sensibilité qui ne pouvoit échapper qu’à une âme déjà en possession du bonheur qu’elle vante.
(3) Soupiroit… pour la fortune. Il seroit plus exact de dire: après la fortune.
(4) Nul n’est prophète en son pays. La source d’où vient cette expression proverbiale , ou plutôt le code où elle se trouve, sont trop vénérables pour être cités dans un ouvrage profane.
(5) Cherchons notre aventure. Ce mot n’admet avec lui ni pronom, ni article, à moins d’être accompagné d’une épithète qui en détermine le sens.
(6) Par voie et par chemin, seroit pléonasme , s’il n’étoit consacré par l’usage.
(7) En un lieu que devoit la déesse bizarre
Fréquenter, etc. Appellons cette tournure une construction marotique, pour ne point l’appeller embarrassée, soit pour l’ordre des mots, soit pour l’enjambement du vers. Nous en trouverons plus d’un exemple dans le cours de cet apologue ; mais celui-ci n’est pas le plus heureux.
(8) Bref, se trouvant à tout, et n’arrivant à rien. Multa agendo, nihil agens, a dit Phèdre. (L. II. f. 5.)
(9) Je ne puis héberger. Du vieux latin heribergare, recevoir quelqu’un chez soi, le loger.
Dame douce qui honor ( honneur ) et franchise , Héberjastes en vostre doulx manoir ( domicile ) !
Gaultier d’Epinay. .
«Tristan fit moult honorablement héberger Brangion en une chambre du roi, etc,
(10) Surate, ville la plus marchande de l’Asie. Elle est située vers l’entrée du golfe de Cambaye.
(11) Ce fut un de dire et s’embarquer. Il faudroit et, de s’embarquer.
(12) Ames de bronze, humains , etc. « La Fontaine, dit M. Coste, imite assez heureusement ce passage. d’Horace,
Illi robur et es triplex, Circà pectus erat.
(Ode III. du Liv.I.)
Qn ne peut pas dire la même chose de ce qui suit :
Qui fragilem truci Commisit pelago ratem Primus; Car l’expression du poète latin est sans doute beaucoup plus juste et plus naturelle que celle-ci :
Et le premier osa l’abîme défier.

……………………..…………………..
Cet homme, disent-ils, était planteur de choux,
Et le voilà devenu pape :
Ne le valons-nous pas ? – Vous valez cent fois mieux ;
Mais que vous sert votre mérite ?
La Fortune a-t-elle des yeux ?
Et puis la papauté vaut-elle ce qu’on quitte,
Le repos, le repos, trésor si précieux
Qu’on en faisait jadis le partage des Dieux ?
Rarement la Fortune à ses hôtes le laisse.
Ne cherchez point cette Déesse,
Elle vous cherchera ; son sexe en use ainsi.
Certain couple d’amis en un bourg établi,
Possédait quelque bien : l’un soupirait sans cesse
Pour la Fortune ; il dit à l’autre un jour :
Si nous quittions notre séjour ?
Vous savez que nul n’est prophète
En son pays : cherchons notre aventure ailleurs.
– Cherchez, dit l’autre ami, pour moi je ne souhaite
Ni climats ni destins meilleurs.
Contentez-vous ; suivez votre humeur inquiète ;
Vous reviendrez bientôt. Je fais vœu cependant
De dormir en vous attendant.
L’ambitieux, ou, si l’on veut, l’avare,
S’en va par voie et par chemin.
Il arriva le lendemain
En un lieu que devait la Déesse bizarre
Fréquenter sur tout autre ; et ce lieu c’est la cour.
Là donc pour quelque temps il fixe son séjour,
Se trouvant au coucher, au lever, à ces heures
Que l’on sait être les meilleures ;
Bref, se trouvant à tout, et n’arrivant à rien.
Qu’est ceci ? ce dit-il, cherchons ailleurs du bien.
La Fortune pourtant habite ces demeures.
Je la vois tous les jours entrer chez celui-ci,
Chez celui-là ; d’où vient qu’aussi
Je ne puis héberger cette capricieuse ?
On me l’avait bien dit, que des gens de ce lieu
L’on n’aime pas toujours l’humeur ambitieuse.
Adieu Messieurs de cour ; Messieurs de cour adieu :
Suivez jusques au bout une ombre qui vous flatte.
La Fortune a, dit-on, des temples à Surate ;
Allons là. Ce fut un de dire et s’embarquer.
Âmes de bronze, humains, celui-là fut sans doute
Armé de diamant, qui tenta cette route,
……………………………………………
Le Japon ne fut pas plus heureux à cet homme
Que le Mogol l’avait été ;
Ce qui lui fit conclure en somme,
Qu’il avait à grand tort son village quitté.
Il renonce aux courses ingrates,
Revient en son pays, voit de loin ses pénates,
Pleure de joie, et dit : Heureux, qui vit chez soi ;
De régler ses désirs faisant tout son emploi.
……………………………………………
Il la trouve assise à la porte
De son ami plongé dans un profond sommeil.

(13).Avec beaucoup de peines, etc. «. Comme, le lecteur, ne trouve d’ordinaire qu’à la fin de la fable, la vérité qui le doit nourrir , il n’est pas juste de le laisser , pour ainsi dire , sans aliment, tant que la fable dure, surtout si elle est un peu longue. Ces réflexions abrégées , mais pleines de sens, qui laissent plus, à penser qu’elles ne disent, sont autant d’ornemens précieux qui enrichissent la fable. » (Dardenne.)
(14) Mogol Empire d’Asie dont l’opulence a passé en proverbe. Japon, Autre royaume d’Asie, célèbre par ses îles, et par la richesse de ses productions. Les Hollandais entretiennent avec ces peuples un commerce considérable.
(15) Que le Mogol l’avoit été; il faudroit ; ne l’avoit été, Le vers précédent ne vaut pas mieux. La Fontaine a dit quelque part : les longs ouvrages me font peur. Est-ce qu’il y réussissoit moins que dans les petits ? On le croiroit à celui-ci, si l’on n’avoit du même auteur les Filles de Minée, Adonis, le Florentin , et d’autres grandes compositions, où l’on voit que son génie sait, quand il le faut, s’étendre avec son sujet.
(16) Voit de loin ses Pénates, pleure de joie , et dit, etc. La Fontaine est admirable pour saisir ces traits de sentiment, qui prouvent dans le poète une connoissance profonde de la nature. Pénates a quelque chose de plus affectueux que le mot de toit ou de maison. C’étaient les Dieux domestiques sous la protection desquels on mettoit la maison et ses habitans.
(17) Heureux qui vit chez soi,
De régler ses désirs faisant tout son emploi, etc.
« La Fontaine est toujours animé, toujours plein de mouvement et d’abondance, lorsqu’il s’agit d’inspirer l’amour de la retraite, de la douce incurie , de la médiocrité dans les désirs. Voyez cette apostrophe: et ton empire, fortune ! et puis cette longue période qui semble se prolonger comme les fausses espérances que la Fortune nous donne, et l’adresse avec laquelle il garde pour la fin ; sans que. l’effet aux promesses réponde. Ce sont-là de ces traits qui n’appartiennent qu’à un grand poète. » (Champfort. )
(18) De son ami plongé, etc. Ce dénouement est simple, naturel, et d’autant plus agréable, que sa précision contraste avec l’étendue de détails, nécessaires sans doute, mais trop prolixes, des aventures du voyageur.

bg

A voir aussi :

Le Marchand, le Gentilhomme.

Le Marchand le Gentilhomme… fable analysée

La Morale d’après les fables… avec des exercices d’application par Jules Arnoux, agrégé des lettres, …

Le Grillon, fable de Florian analysée

La Morale d’après les fables… avec des exercices d’application par Jules Arnoux, agrégé des lettres, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge