ACTUALITES:
Accueil » Tag Archives: Mollevaut

Tag Archives: Mollevaut

La Digue et le Torrent

icon-angle-double-right Charles-Louis Mollevaut   La Digue un jour disait: « Arrête ton ravage, Sois soumis, fier Torrent! je viens bannir l’effroi, Et je peux, seule, offrir la paix à ton rivage. » Le Torrent c’est le peuple, et la Digue un bon roi.   La Digue et le Torrent, Charles-Louis Mollevaut 1776-1844

Lire la suite ...

Le Jeune Arbre

icon-angle-double-right Charles-Louis Mollevaut De mauvais fruits naissaient sur un arbre novice ; Du verger il fallait soudain le retrancher; La racine s’allonge; on ne peut l’arracher. C’est l’histoire du vice. « Le Jeune Arbre » Charles-Louis Mollevaut 1776-1844

Lire la suite ...

Contre les Parfums

icon-angle-double-right Charles-Louis Mollevaut Respire, chère Églé, cette divine essence; Quoi ! de t’en parfumer n’as-tu donc le moyen?» De la Dame, un Rieur prend ainsi la défense : Une femme sent bon quand elle ne sent rien. » « Contre les Parfums » Charles-Louis Mollevaut 1776-1844

Lire la suite ...

La Vengeance

icon-angle-double-right Charles-Louis Mollevaut   Un cruel Florentin, dans une nuit perfide, Pour se venger, cachait un poignard homicide: Il tombe, et son poignard le perce tout entier. La vengeance est toujours un mauvais conseiller. « La Vengeance » Charles-Louis Mollevaut 1776-1844

Lire la suite ...

La Grâce

icon-angle-double-right Charles-Louis Mollevaut   Laure, qui méconnaît la simplesse ingénue, Voit une Grâce, et simple et nue : « Dites, pour plait tant, ce qu’un dieu vous a fait ? » « La Grâce en don reçut un naturel parfait. » « La Grâce » Charles-Louis Mollevaut 1776-1844

Lire la suite ...

Le Voleur

icon-angle-double-right Charles-Louis Mollevaut   Un Voleur attend sa victime, Le fer brille, il fuit sans combat. Opposez le courage au crime, Il poignarde, mais ne se bat. « Le Voleur » Charles-Louis Mollevaut 1776-1844

Lire la suite ...

L’Oiseleur et le Perdreau

icon-angle-double-right Charles-Louis Mollevaut   Surpris par les filets, un lâche et vil Perdreau, Offrit humblement à son maître, Dans ses avides rets, d’attirer maint oiseau :  L’Oiseleur étrangla le traître. « L’Oiseleur et le Perdreau » Charles-Louis Mollevaut 1776-1844

Lire la suite ...

Le Navire

icon-angle-double-right Charles-Louis Mollevaut   Un Navire est battu de l’onde soulevée ; Ses ancres se rompant entraînent le tillac; Un câble un peu plus fort, la nef était sauvée. Le mieux est de n’avoir qu’un bon tour dans son sac. « Le Navire » Charles-Louis Mollevaut 1776-1844

Lire la suite ...

L’Aigle et le Hibou

icon-angle-double-right Charles-Louis Mollevaut   Un Aigle fièrement regardait le soleil ; Un vieux Hibou disait : « cet astre-là me blesse. » Telle on voit la vertu porter les yeux au ciel, Le crime l’aperçoit, et son regard s’abaisse. « L’Aigle et le Hibou » Charles-Louis Mollevaut 1776-1844

Lire la suite ...

Le Bateau sans rame

icon-angle-double-right Charles-Louis Mollevaut   Sans rame, se hasarde un mauvais garnement; Soudain la mer l’emporte au gré de son envie. Ainsi quand nous suivons le fleuve de la vie, Sans la sagesse, adieu le frêle bâtiment. « Le Bateau sans rame » Charles-Louis Mollevaut 1776-1844

Lire la suite ...