ACTUALITÉS :
Accueil » Camille Viala

Camille Viala

Le mauvais emprunteur

stock

  Camille Viala   Qui n’a trouvé bon nombre De ces faciles emprunteurs, Qui de l’objet prêté demeurent possesseurs, Vous n’en revoyez jamais l’ombre. Restituer l’objet prêté, C’est l’action d’une âme honnête ; Mais se l’approprier, c’est de l’improbité. J’en exemple l’oubli…, mais il faudrait enquête Sur ce point… point d’oubli. J’y trouve un autre mal. Le mauvais emprunteur, l’emprunteur …

Lire la suite ...

Le politique avorton

lionesses

  Camille Viala   Un Ciron avait pour domaine Un grain de sable. Il y trouvait Ce qui fait nos plaisirs, beaux sites, monts et plaines Il se plaignait pourtant ; son bonheur l’ennuyait. La colère ou l’ennui sont un bien mauvais juge. La moindre goutte d’eau lui semblait un déluge ; Les souffles les plus doux courant sur nos …

Lire la suite ...

Le troupeau de chèvres et la brebis

chèvres-troupeau

  Camille Viala   De jeunes chèvres légères Le troupeau bondissant avait été remis Aux doux soins d’une brebis. Les chèvres, on le sait, n’ont point d’itinéraires : L’une d’elle, rieuse enfant, S’abandonnant à son caprice, Découvrit un mont effrayant, S’avançant, surplombant, pendant en précipice, Il était tout doré des rayons du soleil : — Escaladons ce roc sauvage, Dit-elle, …

Lire la suite ...

La Herse

landscape

  Camille Viala   Une riche prairie, encore verdoyante, Se couvrait à plaisir d’une mousse charmante, Aussi douce et souple à la main, Qu’agréable et belle à la vue ; Elle s’aimait ainsi vêtue, Désertant son étroit bassin L’eau, de ce pré jadis amie, N’errant plus d’un cours incertain, Sur la mousse était endormie : Lo jonc aussi s’y prélassait, …

Lire la suite ...

Savoir observer, comparer…

agriculture

  Camille Viala   Savoir observer, comparer, Par-là s’acquiert toute science TERRE ! à tous tes secrets quel homme est initié ? Le nouvel acquéreur d’un superbe domaine Demandait, en haussant l’épaule de pitié, Comment, avant lui, nul ne s’était mis en peine D’améliorer son sol par d’heureux changements, D’enlever avec soin, dans le temps des semailles, Les stériles cailloux …

Lire la suite ...

Les sauvages d’Amériques

monument-valley

  Camille Viala   Voyager, observer, fut toujours mon bonheur : Il advint rarement qu’en mes rudes voyages, L’enseignement ne fut à côté du labeur. — Un jour je rencontrai, sur de nouvelles plages Qu’un soleil irrité brûlait de son ardeur, Certains sauvages d’Amérique Qui trop imprévoyants, pour cueillir un seul fruit, S’en allaient couper l’arbre au précieux produit. C’est …

Lire la suite ...

Deux volcans

ours

  Camille Viala   Dans une amitié sans seconde, Deux ours vivaient heureux d’être oubliés du monde ; Causer des temps passés était leur seul plaisir, Bien n’est plus doux parfois que de se souvenir ! Pouvaient-ils faire mieux dans leur simple ermitage ? Cependant d’un ancien volcan Ils habitaient le voisinage. Un jour, effroyable océan, Le volcan gronde et …

Lire la suite ...

Les fleurs sans parfums

fleurs-marguerite

  Camille Viala   Au milieu même des hivers, Par des soins nombreux et divers, Un amant généreux de Flore Produisait les aimables fleurs Dont l’été même se décore : Elles plaisaient aux yeux par leurs vives couleurs. Et l’on croyait les voir sourire à l’atmosphère, Une charmante enfant, un jour avec sa mère, Devait, parmi ces fleurs, se choisir …

Lire la suite ...

La conscience et l’opinion

conscience

  Camille Viala   Un riche flambeau projetait Une étincelante lumière, Quand, soudain, une torche altière, Qu’un éclat si pur irritait, Tout près insolemment se dresse ; Puis, agitant avec hardiesse, Le panache de sa lueur Rougeâtre ; Ici je suis maîtresse, Dit-elle, fuis, flambeau trompeur, Mieux et plus loin que toi j’éclaire. — Vous êtes le feu qui noircit, …

Lire la suite ...

Deux amis

Portrait Jean de La Fontaine

  Camille Viala D’Hervart et La Fontaine L’amitié véritable est simple et confiante, Forte de dévouement, sans cesse vigilante, Devine nos désirs ayant qu’ils soient éclos, Et par ses soins constants fonde notre repos. Qui mieux que le bon La Fontaine ; Connut le prix de l’amitié ; Ce charme de la vie humaine, Besoin d’un cœur privilégié ? D’un …

Lire la suite ...