ACTUALITÉS :
Accueil » Pierre Lachambeaudie » La Locomotive et le Cheval

La Locomotive et le Cheval

icon-angle-double-right Pierre Lachambeaudie

Un cheval vit un jour sur un chemin de fer
Une machine énorme, à la gueule enflammée,
Aux mobiles ressorts, aux longs flots de fumée.
En vain, s’écria-t-il, ô fille de l’enfer!
En vain tu voudrais nuire à notre renommée.
Une palme immortelle est promise à nos fronts,
Et toi, sous le hangar honteuse et délaissée,
Tu pleureras ta gloire en naissant éclipsée.
De vitesse avec moi veux-tu lutter? — Luttons!
Dit la machine; enfin ta vanité me lasse,
Elle roule, elle roule, et dévore l’espace ;
Il galope, il galope, et d’un sabot léger
Il soulève le sable et vole dans la plaine.
Mais il se berce, hélas! d’un espoir mensonger!
Inondé de sueur, épuisé, hors d’haleine,
Bientôt l’imprudent tombe et termine ses jours;
Et que fait sa rivale , elle roule toujours.
La routine au progrès veut disputer l’empire ;
Le progrès toujours marche, et la routine expire.

“La Locomotive et le Cheval”

  • Pierre Lachambeaudie – 1806 – 1872

1 commentaire

  1. Charmant souvenir d’un poème d’école primaire, à une époque où les enseignants avaient à cœur de meubler nos têtes de poésie et de raison….!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.