ACTUALITÉS :
Accueil » Louis de Valmalète » Le Fleuve et le Ruisseau, fable de Valmalète

Le Fleuve et le Ruisseau, fable de Valmalète

icon-angle-double-right Louis de Valmalète

Un Fleuve que formaient mille petits ruisseaux,
Roulait avec fracas son onde menaçante ;
D’un seul Ruisseau l’eau pure et transparente
Serpentait parmi les roseaux.
Que vois-je ? dit le Fleuve, et quel est ce délire ?
Échappé de la fange, avorton, est-ce toi ?
Oses-tu bien couler sans moi,
Et te soustraire à mon empire ?
Viens te perdre en mes flots ; viens, on crains mon courroux.
« Je suis la pente qui m’attire,
» Dit le Ruisseau, d’un ton fort doux ;
« Un peu plus tard, seigneur, j’irai me joindre à vous ;
» Au bocage, en passant, je n’ai qu’un mot à dire. »
— « Qu’entends-je ? il raisonne, je crois !
» Insolent ! oses-tu résister à mes lois ?
» Tu ne crains point de me déplaire ! »
Meurs !« Le Fleuve, à l’instant, gonflé par la colère,
Sur le Ruisseau s’étend et l’engloutit.
En mourant, le Ruisseau pousse un plaintif murmure.
Au cœur de ses amis ce soupir retentît ;
Tous jurent en secret de venger son injure ;
Ils invoquent le Ciel : le Ciel les entendit,
Et sa bonté toute-puissante
Des ruisseaux, à l’instant, daignant changer la pente,
De leurs ondes ailleurs ils portent le tribut,
Et le grand Fleuve disparut.

“Le Fleuve et le Ruisseau”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.