ACTUALITES:
Accueil » Christian Satgé » L’Aiglon

L’Aiglon

fleche Christian Satgé

Parce qu’il se croyait un vrai destin,
À peine sorti de son œuf, matin,
Un aiglon voulut vite changer d’aire,
Connaître le vaste monde des airs
Depuis les glaces jusques aux déserts
Avant de s’en retourner à l’embarcadère
Qui certes l’avait vu ouvrir les yeux
Mais, mieux, planer, en premier, dans ces cieux.

Un beau jour, confiant en sa bonne étoile
Il contraint son père à mettre les voiles
Et monte sur le trône des oiseaux,
Heureux de tenir enfin le seul rôle
À la mesure de son talent, le drole !
La fortune sourit au damoiseau
Jusqu’à ce qu’il comprenne que son règne
Ne serait que problèmes et châtaignes.

La Fortune parut moins bonne alors
Et il sut le prix du respect, de l’or,…
De ce qui brillait, comme tâche d’huile,
Avant, quand il n’était que lui,
Grand rapace sous le soleil qui luit,
Sans ce boulot tout en tracas et tuiles :
Avoir rang n’est pas aboutissement
Du chemin… c’est, las, son commencement !

« L’Aiglon »

*Voir d’autres fables de Christian Satgé sur son Blog : Les rivages du Rimage

A voir aussi :

Au tour des Vautours autour

Christian Satgé Le chaos est avalé par l’avalanche, Eole , sa cape soulevant, Fait chanter …

Rien qu’une bande de contes…

Rien qu'une bande de contes... Les cloches comme les cons sonnent mais la fable est un conte. Pas un mécompte, ni un gros conte comme ses pieds : un petit conte ; conte comme la lune parfois mais aussi plaisant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge