ACTUALITÉS :
Accueil » Christian Satgé » Ânes affamés n’ont pas qu’oreilles

Ânes affamés n’ont pas qu’oreilles

  • 1
    Partage

 

fleche Christian Satgé

Une de ces nuits où le vent froid est si rêche,
Deux ânes qu’on avait attachés là tête-bêche,
Non par caprice ni jeu, mais par économie,
Font face, en leur étable, hélas, chacun à sa crèche.
Ah, le picotin tente l’un, comme son ami,
Mais ils ont beau tirer, aucun ne mange ni mie
Ni miettes car ils sont, las, d’une force égale
Et d’un comparable appétit. Qui donc s’en régale ?
L’ânier qui voit-là une fort belle façon
De ne pas ruiner son bon fenil par trop vite.
Mais ces bourriques, sans qu’on leur fasse la leçon,
Comprennent au matin, en vraies cervelles d’élite,
Qu’à tirer, là, chacun de son côté, et sans fin,
Tous deux sont restés, comme des baudets, sur leur faim.

Donc l’un ou l’autre, je ne sais dire qui, propose
À son alter ego, au cours d’une courte pause,
De se joindre à lui pour goûter, en bons copains,
Dans son grand garde-manger le temps qu’il se repose.
Et les deux frères qui, à risquer le coffre en sapin,
Se tournèrent le dos comme des goujats rupins,
Purent se sustenter un bon brin dans la mangeoire
Du premier, invité à jouer des mâchoires
Par son pair à la sienne. Et qui fut fort marri ?
Le fermier qui trouva assoupis les compères,
Au jour levé, bedons rebondis, auges taries,
Heureux comme larrons en foire soudains prospères.

Combien sommes-nous, égoïstes patentés,
Oublieux de ce que permet la Solidarité !

Christian Satgé

*Voir d’autres fables de Christian Satgé sur son Blog : Les rivages du Rimage

  • 1
    Partage

4 commentaires

  1. asinus fricat asinum… Picoti picotin/ si tu tires on aura faim… Très bonne idée de faire prendre conscience par deux ânes et non pas bâtés ces deux-là, que la solidarité souvent à raison de l’individualisme ! Puisse la morale avoir quelque résonance, en notre période de libéralisme dévastateur… Merci Christian…

    • Merci Henri d’approuver ces oreillards qui pourraient, vous avez bien raison sur ce point, nous tirer l’oreille à plus d’un titre. Au plaisir de vous lire…

  2. Merci à vous Daniel… “Soyons des ânes exemplaires” avais-je écrit dans une autre fable et souhaitons-nous le meilleur, c’est-à-dire de persévérer sous l’égide de celle-ci, dans la voie des âneries. Au plaisir de vous lire…

  3. Parmi les animaux domestiques, l’âne est le mal aimé ; voilà une fable qui le montre sous son bon profil, loin de sa réputation de stupide ou têtu. Merci Christian de lui rendre sa nature subtile par l’intermédiaire d’une fable construite avec brio et une morale ô combien d’actualité dans ces temps où règne individualisme et égoïsme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.