ACTUALITÉS :
Accueil » Daniel Allemand » La Cigogne et le Pélican
la-cigogne-et-lepelican

La Cigogne et le Pélican

  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage

001 Daniel Allemand

Selon saint Epiphane
Le pélican est plus méchant que le vautour,
A tel point qu’au détour, cet animal profane
Ôte la vie de ses petits par désamour.
Laissez-moi vous narrer un de ces sans vergogne
S’en prenant à une cigogne,
Le bel échassier migrateur
Oiseau de bon augure pour le sage
Et porteur de présage.
Pour son voyage pacificateur
Elle prit un pélican, durant son absence
Tout sourire, comme seul régisseur du nid
Laissant aïeux et cigogneaux sans réticence
Afin qu’ils ne soient démunis ;
Lorsque l’on dit que qui se ressemble s’assemble
C’est vrai. Mais entre le bien et le mal on tremble ;
Le pélican à la grande envergure
Fils de lumière couvant l’œuf du monde
Qui apporte son cœur pour toute nourriture
Si loué par Dante, est ô combien immonde.
Plus tard, revenant voir les siens
Après son long périple
L’oiseau au long cours alsacien
Plonge vers ses chers condisciples
Au bord de l’étang où veillait le pélican
Bien plus grotesque que flippant.
Il venait d’engloutir trois carpes et deux pigeons.
« – Que nous vaut ce retour ?
Vos aïeux ont crevés, durant votre séjour ! »
Dit-il, éclusant un gorgeon,
La poche du bec pleine,
En laissant étaler sa haine.
« – Faute de délicatesse
Vous pourriez au moins être aimable ! »
Répondit le migrateur instable
En cachant sa tristesse.
« – Je vous vois seul au nid, où est donc ma famille ? »
« – Faudrait-il qu’il en reste ! »
« – Qu’est-ce à dire, oiseau de pacotille ? »
Rictus narquois, propos de l’immodeste :
« – Nous devons aux parents
Notre âme et notre sang !
Celui qu’il faut répandre
A d’autres il faut le rendre ! »
Il semblait ergoter d’une empathie soudaine
« – Vos six cigogneaux ne sont plus dans la déveine
Quoique faute de nourriture
Ma chère amie, ils partaient dans la nature
Loin, au diable-vauvert
Se mettre à découvert. »
« – Mais qu’advint-il ensuite ? »
« – Je les ai aidé sans limite. »
Dit-il, baissant la tête et roulant ses gros yeux.
« C’est-à-dire ? »
Il devint obséquieux.
« – Je les ai fait se dégourdir
Mais un peu loin du gite
Ils se reposent derrière les bambous
Un peu sur les genoux
Morfondus d’inconduite. »
« – Merci pour tout, comment vous remercier ? »
« – Ma belle amie, mais c’est assez
Vos deniers, votre nid
Et votre sympathie
Tout ça j’en suis ravi
Sans vous l’avoir ravi. »
Le manipulateur aux paroles flatteuses
Qui ment et induit en erreur pour le chaos
Eut un sourire narquois, la regardant de haut
Quand la cigogne s’éloigna heureuse
De retrouver ses proches.
Toujours désireux du contrôle de l’autre
Il se nourrissait des souffrances des autres
Sans état d’âme ni reproche.
Au détour du chemin,
En trouvant les six cadavres des siens.
Si le Pélican cancana
La cigogne en cana.
La vie ne nous épargne
La venue des méchants et leur drôle de hargne
Sans un remords prenant plaisir à maltraiter
Et leur méchanceté pouvant se faire pire,
En prenant le masque de la bonté.
Du méchant méfiez-vous des sourires.

Daniel Allemand

  • Fables et illustrations de Daniel Allemand, blog à visiter…Plumes et Rimes
  • 1
    Partage

6 commentaires

  1. Bien vu Daniel, les méchants font souvent bonne figure d’autant que fréquemment nous leur ressemblons, faut-il pour autant se méfier du prochain avant d’avoir pris en compte notre réelle méchanceté ? Ton excellent fable nous cloue le bec tant elle nous donne par l’intermédiaire de ces grands oiseaux matière à réfléchir sur nous-mêmes ! Merci.

    • Merci Henri pout ton attentionne et chaleureux commentaire. Ces hommes qui se ressemblent comme cigogne et pelican quand la bonne reputation sert de modèle et la méchante d’exemple. A bientot de te lire

  2. Du début à la fin de cette fable, tout est parfait. On dit toujours on peut mieux faire, oui mais là ça me parait difficile de faire mieux. Bravo ! Je suis venue sur rue des fables pour Etienne Gosse que j’aime beaucoup, me voici avec Daniel Allemand que je découvre et que trouve magnifique avec toutes ces belles fables. Merci Monsieur.

    • Merci Camille pour votre gentillesse, votre enthousiasme, et votre appréciation qui me touche beaucoup. Au plaisir de vous retrouver au sein d’autres récits, en vous souhaitant une très bonne flânerie dans notre bonne Rue des Fables…

  3. Encore un superbe texte qui en dit long comme le bec de la cigogne et gros comme la poche du pélican. Merci et bravo, Daniel…

    • Merci Christian pour cet aimable et plaisant commentaire. Notre humble travail n’a de valeur que par ces retours qui nous portent à croire que peut perdurer au XXI°s ce genre littéraire à portée générale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.