lundi, octobre 14, 2019

Félix María Samaniego

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Félix María Samaniego es La première partie des fables de D. Félix Maria Samaniego parut en 1781 et la seconde en 1784; les fables d’lriarte n’ayant été publiées qu’en 1782, comme Samaniego en avait eu le manuscrit entre les mains, il fut accusé de plagiat. Une polémique fâcheuse, une guerre de libelles révéla au public la jalousie des deux poètes; Navarrete, qui a écrit la Vie de Samaniego – Coleccion de Quintana – prit parti contre Iriarte .
Félix María Samaniego, riche et noble Biscayen, était né en 1745; il mourut en 1801.
Membre de la Société des amis du peuple, il s’appliqua surtout aux œuvres populaires; ses fables furent composées pour le séminaire royal de Biscaye.
Sans avoir l’élégante pureté de celles d’Iriarte, elles sont plus accessibles à l’intelligence des enfants; sur cent cinquante-sept, néanmoins, il n’y a guère que les dix-neuf dernières qui soient originales; quelques unes sont empruntées à Esope, à Phèdre et aux fabulistes orientaux, mais le plus grand nombre a La Fontaine et à Gay; les plus courtes sont les meilleures.

FABLES :

Notice de Samaniego :

De très-bons juges préfèrent cependant, aux fables littéraires d’Iriarte, les apologues de Samaniego, d’abord son disciple, et bientôt son rival. Zélé propagateur de la diffusion et du progrès des lumières, membre actif d’une de ces sociétés patriotiques qui, sous le nom d’Amis de la patrie, se formèrent sous Charles III dans les provinces vascongados, pour l’honneur et le bonheur de ce pays, Samaniego composa des apologues à l’adresse de la jeunesse des écoles, qui les répète encore aujourd’hui. La naïveté, l’abandon, la pointe de malignité de La Fontaine, son modèle, s’y rencontrent souvent, et le style de l’imitateur n’a pas la roideur de celui de Phèdre qui lui a fourni plusieurs sujets. Mais le fabuliste espagnol perdra toujours de son prix, par la comparaison que provoquent les sujets qu’il versifie. Samaniego peut surpasser Gay et Gellert, sans mériter néanmoins autre chose qu’une place subalterne dans la littérature générale de l’Europe…la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.