ACTUALITÉS :
Accueil » Daniel Allemand » Le Héron et la Belette

Le Héron et la Belette

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Daniel Allemand

Au bord d’un étang un héron cendré
Immobile et madré
Gris, élégant, hautain
Restait piqué à mirer l’eau, certain
De la manne et du breuvage à portée de bec
Évitant tout salamalec.
Théâtral dans son costume impeccable
Le bec jaune orangé en forme de poignard
Notre oiseau silencieux dans cet affut durable
Était insensible au cagnard.
Sortie de la souche lui servant de tanière
Pour se prélasser aux rais du soleil
La mignonne belette altière
Petite bête féroce au réveil
Aperçoit le héron.
Notre carnassier aux dents longues
Veut se payer sa fiole, haranguant ce larron
Pigeon sur bâtons à la tête oblongue.
L’échassier déteste qu’on s’intéresse à lui
Haut perché, les yeux vifs
Il évalue celui
Qui lui semble être un escogriffe.
L’animal complexé par sa petite taille
Flatte alors tel un pipelet
Et cherche à séduire cette haute piétaille
Comme oiseleur tend son filet :
« – Monseigneur du Héron malgré votre grandeur
Êtes mal protégé dans ce monde cupide
Où règnent les rôdeurs
Dans cette zone humide emplie de gens avides ;
Je mène une bande de rats
Qui contre paiement, pareront vos embarras. »
Point de mot de l’oiseau au long cou replié.
La belette perverse excite la querelle :
« – Je suis dans l’affliction, vous me faites pitié
Car j’ai vu dame Héron jouer la sauterelle
La huppe déployée
Plumage ébouriffé
Aller dans le nid voisin enlever ses plumes
Vous faisant dindon plutôt que héron ! »
L’oiseau ne pipa mot, ni signe d’amertume.
L’animal ambitieux et fanfaron
S’approcha au plus prés
A l’égal d’un Dieu de sa colère diaprée
Pour tancer le héron : « – Fi ! Je ne vous hais pas
Mais que je vous méprise !
Vergogne et infamie vous courrez au trépas ! »
Le héron sans surprise
D’un coup de bec bien ajusté
De pêcheur attesté
A la vitesse de l’éclair
Asséna un coup mortel à l’atrabilaire.
Puis très digne à pas lent s’en alla le héron
La belette rougissante et menue
N’avait plus d’émotions.
Le sage a de la retenue
Et ne veut pas le mal
Quand l’insensé arrogant animal
Trop sûr de son impunité
Vient pondre sur les autres des insanités
Toujours le mensonge détruit et avilit
Seule la sagesse construit et ennoblit.

“Le Héron et la Belette”

  • Fables et illustrations de Daniel Allemand, blog à visiter…Plumes et Rimes

2 commentaires

  1. Comme d’habitude une fable, encore, magnifique !. Bravo Daniel, un régal de vous lire. Merci

    • Merci Sylviane d’avoir aimé cette fiction et merci encore pour vos chaleureux encouragements sur mes petits contes qui me vont droit au cœur et vont me pousser à poursuivre l’écriture sur ce merveilleux site. A très bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.