ACTUALITÉS :
Accueil » Louis de Valmalète » Le Médecin, fable de Valmalète

Le Médecin, fable de Valmalète

icon-angle-double-right Louis de Valmalète

Un hôpital se trouvait infecté
D’une cruelle épidémie :
Le Médecin en titre est en vain consulté ;
Il n’entend rien à cette maladie ;
Un autre docteur qui, jadis,
Avait été de ses amis,
Du mal possédait le remède :
Tout est sauvé, s’il l’appelle à son aide ;
Mais par malheur, de cet ancien ami,
Grâce à l’éclat d’une querelle
Que la rivalité rend assez naturelle,
Il était devenu le mortel ennemi.
Peut-il, dans cette circonstance,
Fournir à son heureux rival
L’occasion de montrer sa science ?
Plutôt à mille morts livrer tout l’hôpital.
Par des prétextes vains colorant sa conduite,
Pour guider ses travaux, il appelle à sa suite
Des plus vils charlatans le cortège assassin,
Dont les cruels essais, les lourdes incartades
Eurent, bientôt, sous l’œil de notre Médecin.
Aux sombres bords envoyé les malades :
Pas un n’échappe à son affreux destin.

La conscience en vain dit ce que l’on doit faire,
La haine, trop souvent, l’étouffe et la fait taire.

“Le Médecin”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.