ACTUALITÉS :
Accueil » Jean Louis Grenus » L’Enfant et la Confiture, fable de Dutremblay

L’Enfant et la Confiture, fable de Dutremblay

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

icon-angle-double-right Antoine-Pierre dutremblay

« Oh ! que c’est bon la confiture !
» S’écriait un petit bambin,
« Je voudrais bien, soir et matin, »
N’avoir pas d’autre nourriture. »
— « Quoi ! mon fils, à tous tes repas ?
» Tu crois que d’autres mets ne te tenteraient pas? »
— » Tous ces mets font un mauvais chyle .
— » Mon fils, que vous êtes habile !
— » Je tiens cela de monsieur le docteur.
— «Il faut vous contenter, je veux votre bonheur ;
» Prenez ces pots, je vous les donne. »
— « Ah! maman ! que vous êtes bonne !
» Je vous aime de tout mon cœur.
» Vous me dites souvent : quel métier veux-tu faire?
» Maman, je serai confiseur;
» C’est un état très-nécessaire :
» Je réponds de l’apprendre avec beaucoup d’ardeur.
» Le jour, le lendemain, toujours la confiture,
Constamment à tous ses repas.
Trois jours passes, on en est las.
Le bambin fait triste figure.
Un jour de plus, il n’y tient pas,
Et pour se tirer d’embarras,
Prend une petite tournure.
Bonne maman l’attendait là :
« Quoi ! mon fils, dégoûté déjà?«

Sobriété dans toute chose,
Mon ami, c’est l’art de jouir.
Pour faire durer le plaisir,
Ne le prends qu’à petite dose.

“L’Enfant et la Confiture”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.