ACTUALITES:
Accueil » Paul Belouino » Les deux Âges, fable de Belouino

Les deux Âges, fable de Belouino

001 Paul Belouino :

Un enfant, de quinze ans à peine,
Voyait son frère ainé
Déjà capitaine.
— Faut-il que je ne sois pas né
Vingt ans plus tôt, je serais à sa place,
J’aurais la croix d’honneur.
Et le soldat disait : —Comme le temps me chasse.
Déjà des cheveux gris ; qu’il serait bien meilleur
D’être à l’âge qu’il a ; car c’est là le bel âge,
Tandis qu’être soldat, c’est être en esclavage.

Combien nos travers sont grands !
Hélas ! pauvres fous que nous sommes
Enfants, nous voudrions être déjà des hommes
Hommes, nous regrettons de n’être plus enfants.

“Les deux Âges”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge