ACTUALITÉS :
Accueil » Christian Satgé » « Petit poisson deviendra gland…

« Petit poisson deviendra gland…

Éditos et chroniques


Christian Satgé, Professeur d’Histoire & de Géographie à Poueyferré dans les Hautes-Pyrénées…
Blog de l’auteur : Les rivages du Rimage
Fables sur ce site

« Petit poisson deviendra gland…

Pourvu qu’au mieux m’en prenne envie » !

Mais voilà, par cette froidure d’automne où, moi qui en fais pas des tonnes et chantonne, je m’écaille les miches au-dessous d’arbres qui chatonnent déjà, cet art poétique-là même quand il bretonne, en oublie poissons poissards ou fruits de mer poisseux et autres pétoncles incarnés. Car si « la littérature veut instruire ou plaire ; parfois son objet est de plaire et d’instruire en même temps » (Horace), celle pour qui, coinçant pour l’heur la bulle sans sortir de ma coque pour l’instant, je professe foi et cœur, étonne nos temps atones autant qu’il détonne aux heures monotones quitte à faire des ronds dans l’eau, ne semble pas goûter le fumet ou le sort du hareng, ni la toison du mérou, le seul de ces autochtones de l’onde pure à être velu au point que le poil de mérou s’tond !
La fable, même jetée à la rue du même nom, s’encroûtonne avec des quadrupèdes qui gloutonnent ou des oiseaux zélés qui se matonnent plutôt que de jouer, à couteaux tirés avec de gros poissons et une marée de branchies branchées et nageoires en pataugeoire. J’insiste, sans chercher à noyer le poisson, frais ou non, même chez les plus Grands – y aurait-il anguille sous roche ? – les hôtes des rivières et des mers sont aussi rares que mariages de la carpe et du lapin et « Homard m’a tuer ». Aussi, depuis mon pays de rochers où on est prompt à jeter la pierre, soit-il gravier, au moindre caillou – j’habite la Bigorre et suis donc bigorneau pur jus ! – mais où plus d’une morue dessalée qui se cache à l’eau pour rire comme une baleine, pécheurs et pêcheurs, je vous lance sur un tel sujet natatoire qui est du caviar et vous invite à chercher la perle dans l’huître !
Plutôt qu’à praire comme âne en sa solitude, pour mettre un turbot dans votre moteur à idées et refuser de vous couler dans ces moules qui vous rendent tartes, cher confrère de la RuedesFables où je piétonne, si par malheur tu seiche, viens poéter plus haut que ton Q.I. céans, malséant sur ton séant, le poisson, celui qu’il nous faudrait ferrer sans laisser filet et ne réjouit ni le chaland ni le chalut. Je le pistonne en m’en payant une tanche pour mettre à mal ce merlan – au regard pas vu pas frit – qui, encornet acoustique à l’oreille, frais comme un gardon coiffe ma calvitie avec application ou l’églefin aux ablettes de chocolat un peu trop travaillées qui fraye en eaux troubles et a hameçonné, fichtre, ma fille. Vifs comme truites, mes mots sans queue ni tête réhabiliteront la friture que j’aurai sur la ligne, puisque l’occasion qui fait le larron plus que le saumon, soit-il barbant autant que barbu, me tend la perche dans le panier de crabes de notre quotidien aux relents d’acétone où vivent en ban les sushis et autres ennuis. Il n’y a que le premier poulpe qui coûte…
Oui, amis auteurs, quittons le plancher des vaches et lançons-nous à la pêche au gros comme au menu fretin, engueulons d’une morale bien sentie ces maîtres nageurs comme du poisson pourri, qu’ils soient requins de la finance, pseudo-loups de mer, raies publiques plates comme limandes ou maquereaux du show-business. Rappelons que sirènes valent mieux qu’une, et que la plupart d’entre elles ne sont, décoiffées et démaquillées, en un mot désapprêtées, que murènes, au petit matin. Ne nous empêchons de rien, faudrait-t-il marcher comme un crabe ou ne pas être de bon thon, avec des apologues au ras des soles – car apologies ce seront – finissant en queue de poisson.
Ne fredonnons plus l’air d’Hair – « À quoi Riom… À quoi Riom… » – et ne faisons pas le dos rond mais le dauphin et chantons à l’unisson, soyons-nous poilus comme des ours même nus comme vers, ces eaux d’ici et ces eaux de là et point d’autre lieu, soit-il commun, où nagent comme poissons dans l’eau des êtres injustement abandonnés à leur sort ou morgués : rester muets comme carpe c’est encourager gueules d’anchois ou ces crevettes où tout est bon sauf la tête et tous ceux, qui congres comme leurs pieds, serrés comme des sardines, méprisent – au risque de la Naïade ! – les animaux aquatiques préférant voir un os là où il n’y qu’arêtes. Si comme moi, vous en avez calamar, jetez-vous à l’encre comme pieuvre pour la défense des bêtes qui n’en ont pas… pour ma part, j’ai piscine et après je passe au bar où m’attendent quelques barbeaux barbons rouges comme des écrevisses à force d’écluser. Car ils aiment, ça, l’alevin. Et quelle que soit sa couleur !

Allez au bulot, oursins cachés dans la première poche venue, langoustes pas lourdes ou méduses…et fabuleusement vôtre !

Fabuleusement et cabrette-ment vôtre…
13 décembre 2017

* Christian Satgé sur son Blog : Les rivages du Rimage

10 commentaires

  1. Christian merci !! comme toujours sa fume sous la casquette ! et je dirais aujourd ‘hui , vous allez y mettre le feu ! préparer le poisson congelé , mais ne nous laisser pas en rade !! ( vous avez des fans ) amitiés annie !

  2. C’est juste splendide – Bravo Christian!!!!!!!!!!!!
    Un travail de joaillerie c’est du français finement ciselé. Je comprend ce moniteur (ci-dessous) qui veut lire cet édito à ses élèves. C’est vraiment du beau travail. Du coup je vais lire tous vos éditos… Bravooooooooooo Christian

    • Merci beaucoup pour cet enthousiasme qui me pousse à continuer dans une voie dans laquelle RuedesFables m’a poussé… avec bonheur, semble-t-il. Amitiés !

  3. Excusez moi Christian, je vais copier votre texte. Je m’en vais à Sri-Lanka ex Ceylan, leur lire ce texte. J’anime un groupe d’enfants qui aiment le français….mais pas d’internet. Je leur montrerai que le français peut se parler et s’écrire de différentes manières. Il faut juste le maîtriser… comme Satgé… ça leur paraîtra simple, mais….
    Merci Christian.

  4. Si on vous suis Christian, ( sivous permettez), on s’amuse bien même très bien mais on peut avoir des torticolis du cerveau, ça va à une vitesse toutes ces expressions, ces jeux de mots c’est un vrai feux d’artifice de la langue française. Si vous parlez comme vous écrivez vous être d’une très bonne et d’une belle compagnie pour les gens qui vous écoutent. Heureux sont vos amis! Merci pour ce beau moment Christian.

    • Merci à vous, Navarrin de vous amuser avec ces édito’ qui sont, je l’espère, un peu à mon image… mais je vous rassure ils sont le fruit (de mer) d’un long travail. Au plaisir de converser avec vous… si la vie nous offre la joie de nous rencontrer.

  5. Ah Christian ! Je ris des bulles en ribambelle, et m’en vais de ce coup de nageoire m’essayer à la chose… si je peux me permettre, “Praire comme un âne”, soit, mais un âne Hémione ! De mer bien sûr… Merci de ces éditos à lire et à parler

    • Merci Geno pour cette fidèle et attentive lecture de mes délires. AU plaisir de vous lire… ou de vous faire plaisir avec de tels écrits, ou d’autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.