ACTUALITÉS :
Accueil » Marie de France » Dou Corbel et d’un Werpilz

Dou Corbel et d’un Werpilz

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 icon-angle-double-right Marie de France

Ainsi avint, et bien puet estre (1)
Ke par devant une fenestre
Ki en une depense feu (2) ,
Vola un corb ; si a véu (3)
Furmaiges, qui dedens esteient
Et séur une cloie giseient ,
L’un en a pris, si s’en reva (4)
Un vorpilz vint, si l’encontra (5)
D’un fourmage ot grant desirier (6)
Que il en puist sa part mengier ;
Par engin voira essayer (7)
Se le corb porra ensgingnier (8)
Ha ! Diex sire, fit li werpilz ,
Cum est or ciest oisiaus gentix !
U munde n’a si bel oisel (9)
Une de mes elx ne vit si bel (10).
Fust tieux ses chans cum est ses corps (11)
Il vaurait mieux que nul fins or.
Li corb s’oï si bien louer
Qu’en tut le munde n’ot son per (12)
Purpensez s’est qu’il cantera (13) ;
Pur canter sun los ne perdra (14)
Son bec uvri, si commença ;
Li furmaiges li escapa ;
A la terre l’estut cheir (15)
E le houpix le vet saisir (16) ,
Puis n’ot-il eure de son chant,
Car del’ fourmage ot son talent (17)

Moralité :

Cis example est des orgueillox ,
Ki de grant pris sont désirox ;
Par lusenger et par mentir (18) ,
Les puet-um bien à gré servir.
Le lur despendent folement (19)
Pur fausse loange de la gent.

“Dou Corbel et d’un Werpilz”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.