ACTUALITES:
Accueil » Louis de Valmalète » Guillot et son Héritier, fable de Valmalète

Guillot et son Héritier, fable de Valmalète

icon-angle-double-right Louis de Valmalète

Quel mal nous fait la prévoyance !
Combien d’honnêtes gens en France,
Sont malheureux de trop prévoir !
Et combien je voudrais alléger leur souffrance !
Le présent, je le sais, se montre assez en noir,
Et le passé, sans doute éveille la prudence ;
Mais notre présent même est-il donc sans espoir ?
Mais n’est-ce point blesser la Providence
Que d’abréger ses jours pour trop s’inquiéter ?
De l’avenir bien fou qui peut se tourmenter,
Horace l’avait dit : Tel qui ne veut l’en croire,
Peut-être de Guillot en croira-t-il l’histoire.

Dans sa bourse Guillot avait pour vivre un mois,
« Un seul mois, disait-il ! dieux ! quelle est ma misère !
» Après ce mois, hélas ! que vais-je faire ?
» Mourir ! et jusque-là je mourrai trente fois !
» Mourons. »—il meurt : comment ? ce n’est point mon affaire ;
Mais ce fut de chagrin, je crois. Son Héritier accourt :
« Ô ciel ! la bonne aubaine !
» Voici de quoi, dit-il, soulager notre peine,
» Voici contre le sort de quoi nous prémunir ;
» Cent francs ! et mon travail ! le Ciel fera le reste.
» Le ciel le fit. Du mort gardant le souvenir,
Il fut heureux long-temps, grâce à l’appui céleste,
Et surtout se troublant fort peu de l’avenir.

“Guillot et son héritier”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge