ACTUALITÉS :
Accueil » Christian Satgé » La Marmite et la Soupière
pumpkin

La Marmite et la Soupière

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

fleche Christian Satgé

D’après La marmite de terre et la soupière d’argent
de Charles Porphyre Alexandre Desains
« Sic vos non vobis » (Virgile)

Mijotant et mitonnant le quotidien
Frichti, une marmite de terre au feu mise,
Se dit : « C’est dimanche, le jour des chemises
Blanches et d’un faste modeste gardien
De la tradition dans cette humble chaumine
Où je cuisine, sans art, le pot et le rôt
Chaque autre jour que Dieu fait, qui file ou chemine.
Il faut donc que je m’applique avec les poireaux
Les carottes, les patates,… et, pis, la viande.
Ne pas trop bouillir et ne point trop rissoler :
Ma fricassée se doit d’être des plus friandes,
Je dois la fricoter mieux que cassolets ! »

Prenant le plus grand soin à être délectable
Et le temps d’être ragoûtant et savoureux
Afin d’honorer la dominicale table,
La marmite songe déjà aux regards heureux,
Aux lippes gourmandes, de saveurs délicates
Se parfumant, de goûts succulents se parant
Et, pour être inoubliable, joue de l’aromate,
Travaille son moelleux autant que son piquant.
Jamais cocotte, ma foi, ne fut plus habile
À plaire, ne fit tant de labeur ni ne mit
Tant de cœur à son ouvrage ayant grande bile
À l’échec : il faut tenir ce qui est promis !

À l’heure du repas, savourant déjà le silence
Du dîneur qui vaut le plus beau des compliments,
Voilà qu’on place son œuvre, sa succulence,
Dans la soupière de faïence dormant
Au dressoir tous les jours de la sainte semaine
Et qu’on la remise, hélas, sans plus de procès,
À l’évier comme tous ces énergumènes
D’ustensiles ou la vaisselle qu’on va brosser.
Ainsi tout le mérite de la vielle marmite
Passa, pour les hôtes venus ce jour ruper,
À ce beau plat de service désoccupé
À qui on fit honneur… et pas en chattemite.

Même si l’habit ne fait le moine ici-bas,
On vaut toujours moins que sa vêture, Papa !

Christian Satgé

*Voir d’autres fables de Christian Satgé sur son Blog : Les rivages du Rimage

2 commentaires

  1. si le goût y trouve son compte l’ouïe également, dame poésie requiert du bon mot et de la bonne musique afin d’assurer un bon frichti… Merci Christian de nous susciter les papilles gustatives et cérébrales, de nous donner l’envie de s’envoyer de la Fable encore et encore!! Quant à la cocotte on sait que dans les vieux pots, etc!

    • Merci Henri pour toutes ces bonnes et belles paroles qui me réjouissent le cœur et l’esprit. Au plaisir de vous lire et peut-être, qui sait, de déguster quelques bons plats ensemble si d’aventure nous nous rencontrions…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.