ACTUALITES:
Accueil » Daniel Allemand » Le chêne, le lierre et le pissenlit
chêne

Le chêne, le lierre et le pissenlit

icon-angle-double-right Daniel Allemand

Sur un grand chêne centenaire
Imposant de vieillesse
Etalant son feuillage, un voluptueux lierre
Grimpait vers le ciel avec sa forte hardiesse.
De l’exil des mortels du triste cimetière
Les deux amis liés, aux invités d’Hadès
Leur montraient leur union de force et de lumière
Afin d’épancher la détresse.
Soudain d’un monde sans passion
Des cris vinrent de ras de terre :
« – Seul compte l’éphémère
Vil envoyé de Sion
Contente-toi d’envahir les pierres tombales ! »
Au lierre s’écria le pissenlit.
« – Tu n’es qu’un prédateur maudit
Qui va être fatal
A ce beau bois de chêne
Qui ne servira plus aux sépultures. »
« – Dent de lion tu me fais de la peine… »
Blâma l’ami de Dionysos, vu la blessure
« – Te prendrais-tu pour le soleil
Arborant ta fleur jaune
Pour dans un mois voir ta merveille
Muer en boule blanche et duveteuse à l’aune
D’un trouble qui s’envole au vent ? »
« – Ou bien que soufflent les enfants. »
Ajouta le bel arbre juste de droiture.
« – C‘est toi la mauvaise herbe, à aimer les fissures
Des tombes, pour que les morts viennent te manger
Par la racine ! »
« – Mon Dieu ! Pourquoi le protéger ?
Le lierre épris des pierres et des fentes des ruines
Est un écornifleur
Il n’a de la rose que l’épine
Et de la vie que du malheur
Embrassant qui le sert, étouffant toute vie ! »
« – Mon pauvre pissenlit
Quand de ta beauté tu ne vis que quelques heures
Et pour ton passage que quelques nuits
Si moi je vis cent ans, le lierre est séculaire
Et non point querelleur. L’ennui
C’est ton temps fugitif qui a pour corollaire
Ta colère. »
« – Je ne suis que fidélité et poésie »
Rajouta la liane à crampons
« – Je vis longtemps et peux mourir où je m’attache.
Je me débrouille seul pour me nourrir sans tâche
Je ne suis donc pas un parasite fripon
Car seul chute l’arbre malade.
Sinon nous nous rendons service
L’un étant support d’escalade
L’autre le protégeant des vices
Du gel de l’hiver et du soleil de l’été.
De mon ami et compère le chêne
Fort de sa chaude haleine
Je fleuris de lumière répétée. »
Les paroles s’envolent
Comme les pissenlits
Cette historiette folle
Afin de faire le lit
De ses hommes qui crient
Ou bien prient pour un cri.
Si les humains restent à la guerre,
Si cent ans usent l’arbre et la stèle de pierre
Mille ans n’affectent guère
La très bonne réputation du lierre.

Daniel Allemand

  • Fables et illustrations de Daniel Allemand, blog à visiter…Plumes et Rimes

4 commentaires

  1. Merci Daniel ! très belles joutes verbales à travers ce pt monde Végétal ! Un texte enraciné dans Force et Finesse ! amicalement ! annie viti

    • Merci à vous Annie pour votre gentillesse et votre enthousiasme et pour l’attention amicale que vous me portez par ce bienveillant commentaire.

  2. Christian Satgé

    Excellente fable comme à l’accoutumée où vos talents, Daniel, de conteur et de poète s’allient à merveille. Du grand art…

    • Merci Christian pour votre appréciation qui me touche et me va droit au coeur. Je ne me crois pas poète, mais peut-être un humble conteur-rimeur. Au plaisir de vous lire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge