ACTUALITÉS :
Accueil » Remacle Maréchal » L’Enfant et les arbres de Chevremont

L’Enfant et les arbres de Chevremont

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Remacle Maréchal

Jacques, petit gars de sept ans,
Vif, joyeux et bavard comme on l’est à cet âge,
A Chèvremont, un beau jour de printemps.
S’en allait en pèlerinage
Avec son grand-papa qu’il tenait par la main.
Croquant tout le long du chemin
Tantôt des noix, tantôt des pommes :
« Est-ce que bientôt nous y sommes?
Dis donc, demandait-il. — Oui, mon ami, bientôt.
Répondait le papa; regarde, c’est là-haut
Où tu vois ce massif d’arbres. — Bah ! c’est pour rire :
A la Vierge on a mis ces petits arbres-là !
Passe encor des pareils à ce grand que voilà ;
C’est bien drôle, ma loi !» — Le vieux le laisse dire :
Quelques noix qu’il lui donne à croquer là-dessus
Font qu’aux arbres bientôt Jacques ne pense plus.
Enfin de Chèvremont ils ont gravi la roche :
Mors Jacques d’ouvrir ses grands yeux ébahis :
Ces tilleuls, que de loin il voyait si petits,
Sont des géants dès qu’il est proche.
Le vieillard à l’enfant se hâte d’expliquer
D’où vient ce changement qui cause sa surprise,
Et le petit de sa méprise
Est le premier à se moquer.
Dans cet enfant, je vois l’homme qui te méprise,
Religion sublime : aperçue au lointain,
Tu sembles n’être rien à son regard hautain ;
Mais qu’un rayon d’en haut, perçant sa nuit obscure,
Vienne lui dévoiler tes célestes attraits,
Oh ! comme alors tu vas grandissant à mesure
Qu’il te découvre de plus près !

“L’Enfant et les arbres de Chevremont”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.