ACTUALITÉS :
Accueil » Analyse des fables » L’Homme et l’Idole de bois, analyse
L’Homme et l’Idole
L’Homme et l’Idole

L’Homme et l’Idole de bois, analyse

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

icon-angle-double-right Mns. Guillon

L’Homme et l’Idole de bois, commentaires et analyses de MNS Guillon, 1803.

  • L’Homme et l’Idole de bois.
L’Homme et l’Idole
L’Homme et l’Idole

1) Certain Payen, etc. Tout le monde connoît le mot si ingénu de La Fontaine à Racine : Avez-vous lu Baruch ? Je ne sais si l’anecdote a précédé ou suivi la composition de cet apologue; toujours l’écrivain sacré auroit-il offert au poète le premier original de ces vers :
. . . . . . . Un Dieu de bois, De ces Dieux qui sont sourds, bien qu’ayant des oreilles. On chercheroit vainement ailleurs une déclamation plus éloquente contre les divinités du Paganisme, que dans le chapitre VI de ce Prophète.
(2) Ce n’étoit que vœux; dites: ce n’étoient. L’accord nécessaire du nombre entre le verbe et le nominatif se trouve violé par-tout dans les auteurs du dernier siècle. Il y a encore aujourd’hui des écrivains qui ne savent pas se défendre ici de la séduction de l’exemple, ou de l’indolence de l’habitude.
(3) Sacrifices de bœufs. Une religion plus sublime, parce que seule elle émane de Dieu, a appris aux hommes que le sacrifice des victimes sanglantes étoit indifférent à la Divinité. «Le sacrifice que Dieu demande, est un cœur contrit et humilié ». Ce sont là les oracles dont Racine a recueilli l’esprit dans ces beaux vers:
Quel fruit me revient-il de tous vos sacrifices? Ai-je besoin du sang des boucs et des génisses… ? Du milieu de mon Peuple exterminez les crimes; Et vous viendrez alors m’immoler vos victimes.
‘ ( Athalie, Act. I. sc. I.)
(4) Jamais Idole, quel qu’il fût. Idote est plus communément féminin :
Jusques à quand, trompeuse Idole.
( J. B. Rousseau, Ode à la Fortune.) P. Corneille l’a fait pourtant masculin dans ces beaux vers : Et Pison ne sera qu’un Idole sacré Qu’ils tiendront sur l’autel pour répondre à leur gré.
«L’étymologie, observe un critique, favorise cette dernière opinion ; mais l’usage, qui est l’arbitre souverain des langues, l’a fixé au féminin ». (Ménage. Observ. sur Malherbe, p. 368.)
(5) Si pour un sou d’orage … . s’amassoit. Ou est le nominatif du verbe s’amassoit ? Dira-t-on que la préposition pour puisse en tenir lieu? Non. Cette construction eut été vicieuse, même chez les Grecs : au défaut d’un nominatif direct, ils n’en mettent jamais leur article.
(6) La pitance du Dieu. On ne se fait pas à cet étrange amalgame d’expressions triviales avec ce qu’il y a de plus auguste; avec ce mot toujours respectable, alors même qu’il est dénaturé par la superstition , comme le caractère sacré de la royauté mérite encore des hommages même sur le front de l’usurpateur ; ce mot, enfin, que Newton n’entendit proférer jamais sans se découvrir la tête par respect.
(7) Il vous prend un levier, met en pièces, etc. On soulève, on ne brise pas avec le levier.
(8) Tu ressembles aux naturels, etc. Et c’est là la morale de la fable ! Qu’il faille ainsi traiter son esclave, ce seroit déjà un problème : mais son égal ou son supérieur ! certes, une telle dévotion seroit un peu brutale. Il y a dans cette fable un air profane qui pourroit être d’un dangereux exemple. Voyez ce que dit Plutarque sur le respect dû aux Dieux, dans son traité de la manière de lire les Poètes : et l’on peut en croire là-dessus un philosophe ennemi déclare de la superstition. Les Tyriens en usoient ainsi avec leur Hercule: oui, et les Sauvages avec leurs Idoles. Qu’en conclure ? Que les Tyriens n’étoient pas plus raisonnables que le Payen de la fable, et le poète pas plus raisonnable de les absoudre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.