ACTUALITÉS :
Accueil » Paul Belouino » La mort du Coq, fable de Belouino

La mort du Coq, fable de Belouino

001 Paul Belouino :

Qui ne connaît la fin tragique.
De Cocorico le sultan ?
Vrai, c’était un coq magnifique,
De la pure race d’Houdan.
Cinq ergots et superbe crête,
Autour du cou, riche camail ;
Aussi, comme il levait la tête.
Dans la basse-cour, son sérail :
Sur le terrain, pour une poule.
Un spadassin, d’un coup d’ergot,
Traîtreusement, prétend la foule,
Le blesse à mort en plein jabot.
Triste, et mourant à son aurore,
Se résignant à son destin,
A pas lents, quinze jours encore,
Il parcourut cour et jardin.
Un pot-au-feu n’est point sa tombe,
Elle est là-bas, sous un prunier.
Des grandeurs voici comme tombe
Même un sultan tout le premier.

Au sérail, croyez-vous qu’on pleure ?
Sur la tombe déjà nul n’a passé le soc.
Et dans la royale demeure,
Des poules adulé, gouverne un autre coq.

“La mort du Coq”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.