ACTUALITÉS :
Accueil » Paul Belouino » Le bouillon des malheureux

Le bouillon des malheureux

001 Paul Belouino :

Un pauvre homme mourait
De besoin, de misère.
Si nul ne le secourait,
Qui donc allait le faire ?
Une femme en cotillon,
Pour ses enfants, pour elle,
Venait d’acheter un bouillon,
Dans un pot, sa seule vaisselle.
Elle-même avait bien faim.
Souvent le pauvre monde chôme :
« Partageons, dit-elle, brave homme,
Prenez aussi ce peu de pain. »
Le malheureux se sent renaître,
Il pleure, il remercie, il part.
Or, aujourd’hui, sur sa fenêtre,
Vous lisez : chemin du départ,
Au numéro dix-sept : « Ici, passé dix heures,
A tous les malheureux on donne du bouillon. »
On bénit, dans bien des demeures,
L’homme qui paie ainsi la femme au cotillon.

“Le bouillon des malheureux”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.