ACTUALITÉS :
Accueil » Louis de Valmalète » Le Chêne et la Violette, fable de Valmalète

Le Chêne et la Violette, fable de Valmalète

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

icon-angle-double-right Louis de Valmalète

Un Chêne, ami des dieux, régnait dans la forêt ;
Une humble Violette à ses pieds respirait,
Et du parfum de son haleine
Embaumait le canton, et toujours se cachait :
« À te cacher tu perds ta peine,
» Lui dit le Chêne, un jour, par mes soins bienfaisans,
» Je prétends payer ton encens :
» De l’auguste faveur dont Jupiter m’honore
» Je me rendrai plus digne encore,
» Si je m’en sers pour faire des heureux.
«Trop souvent j’ai comblé de ma munificence
»> L’ingrat et le présomptueux ;
» Il est temps de venger avec magnificence
» L’être modeste et vertueux :
» Sois à l’abri, sous mon ombrage,
» Des feux du jour et des coups de l’orage ;
» Pour toi, de mon bras protecteur
» Va se répandre une douce rosée,
» Qui doit, sur ta tige arrosée,
» Féconder tes parfums et nourrir ta fraîcheur. »
A ces mots, l’humble Violette
Frémit de plaisir et d’amour ;
Par modestie elle resta muette ;
Mais elle osa montrer à l’œil du jour
Le velours empourpré dont se pare sa tête,
Et, de ses sentimens éloquent interprète,
Un soupir s’exhala de son sein enflammé :
Parfum délicieux dont l’air fut embaumé.

Heureux le souverain qui, jaloux de la gloire,
Par ses soins généreux assure la victoire
Aux modestes talens, s’il en est parmi nous !
Leur encens toujours pur est toujours le plus doux.

“Le Chêne et la Violette”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.