dimanche, février 17, 2019

Antoine Benoît Vigarosy

Antoine Benoît Vigarosy, fabuliste (1788-1857), fils de Jean-Charles Vigarosy, avocat en parlement, et de Marie-Etienne Carret (de la Guadeloupe), naquit à Toulouse le 15 juillet 1788, fit ses études sous M. Buisson, à Castelnaudari, et il ne les avait pas entièrement terminées lorsqu’il fut obligé de quitter le foyer paternel. Employé en 1807 dans les administrations militaires de l’armée de Portugal, commandée par le général Junot, il fut envoyé en mission de Lisbonne aux frontières d’Espagne. Il décède en 1857.

FABLES :

  1. Le Mouton
  2. Le Géant et le Nain
  3. L’Amour et la Mort
  4. L’Enfant et son Ombre
  5. Le Dindon qui veut imiter l’Aigle
  6. Le ruisseau et le bassin
  7. Les Poules et le Coq
  8. La Sensitive et l’Ortie

Extraits de la préface :

… Plusieurs de mes Fables, et c’est le plus grand nombre, m’ont été inspirées par quelques souvenirs de l’Empire et des deux Restaurations, ou sont nées sous l’influence des émotions éveillées en moi par les déplorables systèmes si aveuglément suivis par les hommes qui se sont succédés depuis et si rapidement au pouvoir. Ces Fables, que j’appelle politiques, forment plusieurs séries de petits tableaux rangés dans l’ordre chronologique des temps ou des événements dont elles rappellent le souvenir. D’autres, que j’appelle morales, philosophiques et littéraires, offrent, çà et là, dans mou livre, une diversion aux esprits qui se complaisent dans la variété, et qu’une trop longue suite de vérités et de leçons politiques fatiguerait sans doute et rebuterait.

Tel peuple qu’on croit asservi,
Ainsi que mon géant, peut n’être qu’endormi,
Le Géant et le Nain.

  • Fables de : Antoine Benoît Vigarosy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.