mercredi, février 20, 2019

Joseph Déjacque

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Joseph Déjacque est né le 27 décembre 1821 et mort en 1864 à Paris, militant et écrivain anarchiste. En août 1851, il publie son premier recueil de poésies, « Les Lazaréennes, fables et poésies sociales ». Le gouvernement de Louis-Napoléon Bonaparte fait saisir l’ouvrage.
Il deviendra un des nombreux exilés français de 1848, (Londres (1852), à Jersey (1853), finalement à la Nouvelle Orléans (1856) , quelques-uns de ses vers dépeignent certaines de leurs tragédies individuelles.

FABLES:

  1. Les deux Colombes
  2. L’Écrin
  3. La Pente fatale
  4. L’Escargot et la Fourmi
  5. L’Architecte
  6. Le Ruisseau
  7. Le Ténia
  8. L’Orme et le Myosotis
  9. L’Enfant et le Chat
  10. La Vieille et l’Enfant
  11. Le Minotaure
  12. Le Négrier-pirate
  13. Le Lion

Lazare c’est le pauvre, anonyme existence,
Le souffreteux qui heurte au seuil de l’opulence,
L’affamé qui réclame une place au festin
Où le riche s’assied égoïste et hautain.

Lazare c’est le spectre agitant son suaire,
Le grand déshérité
Qui se dresse du fond de sa froide misère
Et crie: Égalité.!…

  • Les Lazaréennes, fables et poésies sociales , 1851

Comments 4

  1. luc nemeth says:

    en fait, vers mars-avril 1848, il faisait encore clairement du « Victor Hugo d’extrême-gauche » : c’était assez bien tourné mais cela n’aurait pas suffi à faire de lui ce qu’il fut. Son style changea du tout au tout et devient beaucoup, beaucoup plus incisif, à partir du massacre de Juin 48, dont l’image allait être par la suite recouverte par ceux de la Commune mais qui constitua, pour ceux de sa génération, l’événement fondateur…

  2. luc nemeth says:

    oui Pablo1, la Seconde République « tapait » fort -plus fort que ne veut bien le dire l’histoire officielle, encline à juste ironiser sur les arbres de la Liberté, les banquets républicains et les envolées lamartiniennes… Mais en réalité : le prince-président Louis-Napoléon n’avait déjà plus beaucoup de libertés publiques à confisquer, au moment du coup d’Etat du 2 décembre.

  3. Pablo1 says:

    Merci, c’est corrigé. Merci pour ces informations…deux ans de prison ? fichtre !!!!

  4. luc nemeth says:

    Bonjour.
    Le gouvernement de Louis-Napoléon Bonaparte (on était donc encore sous la Seconde République) ne se contenta pas de faire saisir le recueil « Les Lazaréennes » : Déjacque -dont le nom s’écrit sans « s »- fut condamné le 22 octobre 1851 à… deux ans de prison pour sa publication.
    Cordialement