jeudi, février 21, 2019

Abbé Jean-Louis Aubert

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Abbé Jean-Louis Aubert, fabuliste et critique est né le 15 février 1731 et mort le 10 novembre 1814. Il écrit quelques fables dans le Mercure de France. Aubert, fut un critique plein de goût, d’érudition. Rédacteur en chef pendant plusieurs années du feuilleton des Affiches de la province et de Paris, puis au journal des beaux-arts .
Ses plus beaux écrits ont paru sous le titre de Fables et Œuvres diverses à Paris en 1774.

Au sujet de ses fables, Voltaire lui écrit la lettre suivante:

“J’ai lu vos fables avec tout le plaisir qu’on doit sentir quand on voit la raison ornée des charmes de l’esprit. Il y en a qui respire la philosophie la plus digne de l’homme…..
….De telles fables sont du sublime, écrits avec naïveté. Vous avez le mérite du style, celui de l’invention, dans un genre où tout paraissait avoir été dit.” Voltaire.

FABLES :

  1. Le Serin mis en cage
  2. La Rose
  3. Le Billet d’enterrement et le billet de Mariage
  4. Le jeu d’échec
  5. Le Dog et sa chaine
  6. La Rose et le Bouton
  7. Fanfan et Colas
  8. Le Jeu de Palet
  9. Le Livre et la Raison
  10. L’Âne Ministre
  11. L’Horloge à Réveil
  12. Le Sommeil du Méchant
  13. Les Mites
  14. La Servante
  15. Le Chat le Coq et le Clocher
  16. Les deux Vieilles Chattes
  17. La Loterie de Vénus
  18. La Linotte
  19. L’Abricotier
  20. L’Enfant et le petit Écu
  21. L’Âne et le Rossignol
  22. Le Nid incendié
  23. L’Ours et le Rat
  24. Les Crimes et châtiments
  25. La Souris et le vieux Rat
  26. Les Fourmis
  27. La Papillon et le Flambeau
  28. La Fauvette

Jean-Louis Aubert:

Mais celui de tous les fabulistes qui s’est le plus distingué après La Fontaine, dans l’intervalle de temps que nous venons de parcourir, est l’abbé J.-L. Aubert, qui fut à la fois bon critique et bon poète. Né à Paris le 15 février 1731, il mourut en la même ville, le 10 novembre 1814. Aubert conserva le titre d’abbé, parce qu’il avait été tonsuré dans sa jeunesse. Son véritable titre littéraire, ce sont ses fables. Assez naturelles, sans avoir l’inimitable laisser-aller du Bonhomme; assez purement écrites, sans approcher de la finesse de La Motte et de la grâce de Florian, elles sont cependant originales et très-recommandables dans leur genre. En ne s’éloignant pas du naturel et de la simplicité, il a eu l’art d’élever le ton de l’apologue, et de lui donner un air de philosophie, qui ne dépare point la fable, quand il est sobrement dispensé. Tout homme de goût sera de l’avis de Voltaire au sujet de ses fables du Merle, du Patriarche, des Fourmis, en y reconnaissant le sublime et la naïveté fondus ensemble . Ce ne sont pas les seules qui méritent cet éloge.; plusieurs ont droit dans leur genre à un tribut de louange particulier. En voici une des plus jolies et des plus morales. (Cours de littérature profane et sacrée, Volume 2 – Bohaire, 1833)

  • Fables et Œuvres diverses à Paris en 1774

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.